Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Plan anti-palu à Akonolinga - 28/04/2008 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

L’organisation Plan Cameroon y a mené une opération de sensibilisation vendredi, de concert avec le Minsanté. Le Cercle municipal d’Akonolinga bruissait des éclats d’une cour de récréation vendredi dernier, entré dans l’histoire comme la toute première journée mondiale de lutte contre le paludisme. La salle, prise d’assaut par des dizaines de jeunes, a servi de principal cadre aux activités déployées pour l’occasion par l’organisation Plan Cameroon dans la localité, en collaboration avec le ministère de la Santé publique.

Le choix de la ville n’était pas fortuit : Plan y conduit depuis trois ans un projet de lutte contre le paludisme – dont la prévalence est jugée forte dans le département du Nyong-et-Mfoumou. Partenaires du projet, des groupes de femmes (et des forums d’enfants) qui, entre autres actions, sensibilisent les membres de leurs communautés à travers des campagnes d’hygiène et d’assainissement, distribuent des moustiquaires imprégnées, etc.

Le rendez-vous de vendredi était une bonne occasion de faire le point et d'entrevoir des perspectives. Pour Bernadette Sawa Fongè, responsable de Plan pour le Centre, ce 25 avril ne devait « pas être un jour de tristesse malgré les statistiques [le palu tue plus d’un million de personnes chaque année, dont 80% en Afrique subsaharienne] mais un jour de détermination et d’espoir ». Sa conviction est que le combat contre le paludisme peut être gagné, si tous les partenaires collaborent efficacement. Cette synergie, le directeur national de Plan Cameroon, Amadou Bocoum, la voit même élargie aux masses : il faut davantage faire connaître la maladie (ses causes et ses conséquences), inviter les gens à unir leurs efforts dans un élan de gestes salutaires, etc.

« Nous sommes venus apporter un message de grand optimisme. Nous croyons vraiment que le paludisme peut être bouté hors d’Akonolinga », dira à la presse Mayeul Takou, coordonnateur du projet sus évoqué. CT a appris que dans le cadre dudit projet, un recensement de femmes enceintes et d’enfants de moins de cinq ans dormant effectivement sous une moustiquaire est en cours dans la région. Il devrait permettre d’évaluer les besoins restants à satisfaire.

Alliance NYOBIA

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !