APIDPM Se connecter/S'inscrire Votre panier0

Se connecter/S'inscrire Connexion / Inscription

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer la navigation et mesurer la fréquentation. Pour en savoir plus, cliquez ici


Consulter les revues

Choisissez votre revue :

Médecine d'Afrique Noire

Médecine d'Afrique Noire N° 6812 - Décembre 2021

Médecine d'Afrique Noire

N° 6812 - Décembre 2021

Editeur : APIDPM Santé tropicale
Langue(s) de publication : Français
Edition papier : ISSN 0465-4668
Edition électronique : ISSN 2490-9971
Retrouvez également nos offres d'abonnements

Il y a actuellement 2183 articles.


Archives (par année de publication)

Sommaire du N° 6812 - Décembre 2021

Maladie d’Osgood Schlatter vue en rhumatologie à Ouagadougou (Burkina Faso). A propos de 62 cas
F. Kaboré, C. Sougué, W.J.S. Tiendrébeogo, A. AK Congo, D.D Ouédraogo - Burkina Faso - pages 673-679


X

Maladie d’Osgood Schlatter vue en rhumatologie à Ouagadougou (Burkina Faso). A propos de 62 cas Maladie d’Osgood Schlatter vue en rhumatologie à Ouagadougou (Burkina Faso). A propos de 62 cas est évalué 1 étoiles

Auteurs : F. Kaboré, C. Sougué, W.J.S. Tiendrébeogo, A. AK Congo, D.D Ouédraogo - Burkina Faso
Publié en Français dans Médecine d'Afrique Noire 6812 - Décembre 2021 - pages 673-679


Résumé

Introduction : La Maladie d’Osgood Schlatter (MOS) est affection bénigne de l’enfant et l’adolescent sportif. Elle affecte plus le garçon que la fille. Elle est multifactorielle, associant des troubles de sur-contrainte au sport intense. Cependant, des enfants peu ou pas sportifs sont souvent concernés.
Maladie auto-limitée de bon pronostic, son traitement est avant tout médical et exceptionnellement chirurgical. Peu d’études sur le sujet sont disponibles en Afrique de l’Ouest et particulièrement au Burkina Faso. Cette étude avait pour objectif de faire le point de l’épidémiologie de la maladie au Burkina Faso, 20 ans après une étude pilote publiée par WANDAOGO et al.
Patients et méthodes : Il s’est agi d’une transversale descriptive qui a inclut des patients âgés de moins de 20 ans, ayant consulté en rhumatologie entre janvier 2015 et décembre 2019 et chez qui le diagnostic de maladie d’Osgood Schlatter a été retenu. Les données ont été recueillies à partir des dossiers médicaux et complétées par des entretiens en tête à tête et des appels téléphoniques. Les données ont été saisies et traitées grâce aux logiciels epiDATA 3.1 et SPSS 25.
Résultats : Soixante-deux patients ont été inclus dont 47 garçons (75,8%) et 15 filles (24,2%). L’âge moyen était de 13,5 ans ± 1,9 ans. L’âge moyen des garçons était comparable à celui des filles, 13,52 ans et 13,78 ans. Outre, l’éducation physique et sportive de l’école, le football et le basket-ball étaient les sports les plus pratiqués par les patients. L’atteinte était bilatérale chez 45 patients (72,6%). Sur 107 genoux affectées, les lésions radiographiques étaient de stade 2 dans 45,80% des cas. La radiographie était normale dans 16,82% des cas. Le traitement était médical fait de suspension des activités sportives et de prescription d’antalgiques. Seul un cas compliqué de fracture-arrachement a été pris en charge chirurgicalement.
Conclusion : La MOS est peu fréquente en milieu rhumatologique Burkinabè. Elle touche plus le garçon que la fille d’âge moyen comparable. Son évolution est favorable sous traitement. Les complications sont rares.


Summary
Osgood Schlatter disease in rheumatology in Ouagadougou (Burkina Faso): about 62 cases

Introduction: Osgood Schlatter's Disease (OSD) is a benign condition of children and adolescents in sports. It affects the boy more than the girl. It is multifactorial, associating over-stress disorders with intense sport. However, children with little or no athleticism are often concerned. Self-limited disease with a good prognosis, its treatment is above all medical and exceptionally surgical. Few studies on the subject are available in West Africa and particularly in Burkina Faso. The objective of this study was to take stock of the epidemiology of the disease in Burkina Faso, 20 years after a pilot study published by WANDAOGO et al.
Patients and methods: This was a descriptive cross-section that included patients under the age of 20, who consulted in rheumatology between January 2015 and December 2019 and in whom the diagnosis of Osgood Schlatter disease was retained. Data was collected from medical records and supplemented by face-to-face interviews and phone calls. Data were entered and processed using epiDATA 3.1 and SPSS 25 software.
Results: Sixty-two patients were included, including 47 boys (75.8%) and 15 girls (24.2%). The mean age was 13.5 ± 1.9 years. The average age of boys was comparable to that of girls, 13.52 years old and 13.78 years old. Besides, school physical and sports education, football and basketball were the sports most practiced by patients. The involvement was bilateral in 45 patients (72.6%). Of 107 affected knees, radiographic lesions were stage 2 in 45.80% of cases. The radiograph was normal in 16.82% of cases. The treatment was medical, consisting of suspension of sports activities and prescription of painkillers. Only one complicated case of tear fracture was managed surgically.
Conclusion: OSD is infrequent in the Burkinabè rheumatologic environment. It affects boys more than girls of a comparable middle age. Its evolution is favorable under treatment. Complications are rare.



Téléchargez cet article pour 1 jeton ou 0,00 € à l'unité. Voir nos offres de jetons

Vous pourrez télécharger immédiatement vos articles payés en ligne dans la rubrique « Mes achats PDF » de votre compte.



Monsieur Amadou Diop Dia Hépatite virale B dans le bassin arachidier du Sénégal
A.A. Dia, D.G. Dia, S. Lo, A. Dieye, N. Gueye-Babou, S. Ba, N.M. Dia-Badiane - Sénégal - pages 680-686


X

Monsieur Amadou Diop Dia Hépatite virale B dans le bassin arachidier du Sénégal Hépatite virale B dans le bassin arachidier du Sénégal  est évalué 1 étoiles

Auteurs : A.A. Dia, D.G. Dia, S. Lo, A. Dieye, N. Gueye-Babou, S. Ba, N.M. Dia-Badiane - Sénégal
Publié en Français dans Médecine d'Afrique Noire 6812 - Décembre 2021 - pages 680-686


Résumé

Introduction : Le Sénégal fait partie des zones de forte endémicité de l’infection au virus de l’hépatite B avec une prévalence nationale de 10%. Cette prévalence est variable d’une région à une autre malgré l’intégration de la vaccination contre l’hépatite B dans le programme élargie de vaccination depuis 20 ans. Notre étude avait pour objectif de déterminer le profil épidémiologique, et les caractéristiques diagnostiques, thérapeutiques et évolutives de l’infection au VHB dans le bassin arachidier du Sénégal.
Méthodologie : Il s’agit d’une étude rétrospective, descriptive sur consultation de dossiers de malades suivis en ambulatoire dans le service de Médecine Interne du Centre Hospitalier Régional de Kaolack sur la période allant du 2 janvier 2009 au 31 décembre 2018. Nous avons inclus tous les patients âgés de 15 ans et plus qui avaient une positivité de l’AgHBs.
Résultats : Nous avons colligé 757 dossiers de patients atteints d’hépatite virale B sur 6246 patients suivis en ambulatoire, soit une prévalence hospitalière de 12,1%. L’âge moyen des patients était de 31 ans ± 10,8 avec des extrêmes de 15 et 79 ans. La tranche d’âge [15-35 ans] ans était majoritairement représentée (68,9%) avec un sex-ratio de 1,2 en faveur des hommes. Les circonstances de diagnostic étaient dominées par le don de sang (55,9%), la découverte fortuite (21,5%), les complications (11,7%) et le bilan prénatal (10,9%). Les catégories socio-professionnelles les plus touchées étaient les ouvriers (38%) et les commerçants (20%). Il y avait 684 cas d’hépatite chroniques, 31 cas de cirrhose et 42 cas de carcinome hépatocellulaire. Chez les patients atteints d’hépatite chronique, la charge virale moyenne était de 7203115,5 UI/ml ± 57447438 UI/ml. Plus des deux tiers des patients (71,1%) ont été perdus de vue après le diagnostic. Seuls 79 patients (10,4%) ont pu bénéficier d’un traitement antiviral à base de Ténofovir 300 mg par jour avec une durée moyenne de 24,6 mois ± 15,7 mois et un taux d’observance de 91,1%.
Conclusion : La bassin arachidier du Sénégal reste un cluster de l’infection au virus de l’hépatite B. Le taux élevé de perdus de vue dans notre étude témoigne de la nécessité de développement de stratégies nationales de prise en charge préventive et curative afin de rompre la chaine de transmission.


Summary
Viral hepatitis B in the groundnut basin of Senegal

Introduction: Senegal is one of the areas of high endemicity of hepatitis B virus infection with a national prevalence of 10%. This prevalence varies from one region to another despite the inclusion of hepatitis B vaccination in the expanded immunization program for 20 years. Our study aimed to determine the epidemiological profile, and the diagnostic, therapeutic and evolutionary characteristics of HBV infection in the groundnut basin of Senegal.
Methodology: This is a retrospective, descriptive study on consultation of patient files followed on an outpatient basis in the Internal Medicine department of the Kaolack regional hospital for the period from January 2nd, 2009, to December 31st, 2018. We included all patients aged 15 years and older who were HBsAg positive.
Results: We collected 757 files of patients with viral hepatitis B out of 6,246 patients followed on an outpatient basis, ie a hospital prevalence of 12.1%. The mean age of the patients was 31 ± 10.8 years with extremes of 15 and 79 years. The age group [15-35 years] was predominantly represented (68.9%) with a sex ratio of 1.2 in favor of men. The diagnostic circumstances were dominated by blood donation (55.9%), incidental discovery (21.5%), complications (11.7%) and prenatal workup (10.9%). The most affected socio-professional categories were workers (38%) and traders (20%). There were 684 cases of chronic hepatitis, 31 cases of cirrhosis and 42 cases of hepatocellular carcinoma. In patients with chronic hepatitis, the mean viral load was 7203115.5 IU/ml ± 57447438 IU/ml. More than two-thirds of patients (71.1%) were lost to follow-up after diagnosis. Only 79 patients (10.4%) were able to benefit from an antiviral treatment based on Tenofovir 300 mg per day with an average duration of 24,6 months ± 15,7 months and an adherence rate of 91.1%.
Conclusion: The groundnut basin of Senegal remains a cluster of hepatitis B virus infection. The high rate of lost to follow-up in our study testifies to the need for the development of national preventive and curative management strategies to break the transmission channel.



Téléchargez cet article pour 1 jeton ou 0,00 € à l'unité. Voir nos offres de jetons

Vous pourrez télécharger immédiatement vos articles payés en ligne dans la rubrique « Mes achats PDF » de votre compte.



Docteur Jésus Bendot Gueguet Yacka Kongo Holibalomon Misoprostol dans la prévention de l’hémorragie obstétricale en cas de césarienne au Centre Hospitalier Universitaire de zone de Suru-Léré (Bénin)
H.J. Bendot Gueguet Yacka Kongo Holibalomon, K. Mbano-Dede, G.D. Kossa-Ko-Ouakoua, E.C. Moussa, F. Kouandongui Bangue Songrou, J. Sabah, E. Boudier, J.B. Hounkpatin, J.A.A. Bagnan epse Tonato - Centrafrique - pages 687-692


X

Docteur Jésus Bendot Gueguet Yacka Kongo Holibalomon Misoprostol dans la prévention de l’hémorragie obstétricale en cas de césarienne au Centre Hospitalier Universitaire de zone de Suru-Léré (Bénin) Misoprostol dans la prévention de l’hémorragie obstétricale en cas de césarienne au Centre Hospitalier Universitaire de zone de Suru-Léré (Bénin) est évalué 1 étoiles

Auteurs : H.J. Bendot Gueguet Yacka Kongo Holibalomon, K. Mbano-Dede, G.D. Kossa-Ko-Ouakoua, E.C. Moussa, F. Kouandongui Bangue Songrou, J. Sabah, E. Boudier, J.B. Hounkpatin, J.A.A. Bagnan epse Tonato - Centrafrique
Publié en Français dans Médecine d'Afrique Noire 6812 - Décembre 2021 - pages 687-692


Résumé

Introduction : L’hémorragie obstétricale reste la principale cause de décès maternel.
Matériel et méthodes : Nous rapportons les données d’une étude de cohorte prospective qui s’est déroulée du 1er août au 15 septembre 2015 comparant l’efficacité du misoprostol en sublingual à l’ocytocine dans la prévention de cette complication en cas de césarienne au Centre Hospitalier Universitaire de Zone de Suru-Léré (CHUZ-SL) au Bénin.
Résultats : Au total, 225 césariennes ont été réalisées au CHUZ-SL sur la période d’étude dont 146 incluses dans l’étude. Parmi les 146 patientes incluses, 73 appartenaient au premier groupe défini comme patientes ayant reçu 600 µg de misoprostol en sublingual lors du clampage du cordon ombilical et 73 au 2ème groupe défini comme patientes ayant reçu 10 UI d'ocytocine par voie intraveineuse également lors du clampage du cordon ombilical. Les pertes sanguines de plus de 1000 ml étaient observées dans 6,8% des cas dans le groupe I et dans 9,6% des cas dans le groupe II. Cette différence était non statistiquement significative (p = 0,51). Aucun cas de transfusion n’a été rapporté pendant l’étude.
Conclusion : Le misoprostol à la dose de 600 µg par voie sublinguale est aussi efficace que l’ocytocine 10 UI en IV comme le préconise l’OMS.


Summary
Misoprostol in the prevention of Obstetric hemorrhage during caesarean section at the University Teaching Hospital of Suru-Lere (Benin)

Introduction: Obstetric hemorrhage remains the leading cause of maternal death.
Material and methods: We report data from a prospective cohort study which took place from August 1st to September 15th, 2015, comparing the efficacy of sublingual misoprostol with oxytocin in preventing this complication in the event of a cesarean section at the University Teaching Hospital of Suru-Lere Zone (CHUZ-SL) in Benin.
Results: A total of 225 caesarean sections were performed at UTHZ-SL during the study period, of which 146 were included in the study. Of the 146 patients included, 73 belonged to the first group defined as patients who received 600 μg of sublingual misoprostol during umbilical cord clamping and 73 belonged to the 2nd group defined as patients who received 10 IU of intravenous oxytocin also during umbilical cord clamping. Blood loss of more than 1000 ml was observed in 6.8% of cases in group I and in 9.6% of cases in group II. This difference was not statistically significant (p = 0.51). No cases of transfusion were reported during the study.
Conclusion: Misoprostol at a dose of 600 µg by the sublingual route is as effective as oxytocin 10 IU by IV as recommended by WHO.



Téléchargez cet article pour 1 jeton ou 0,00 € à l'unité. Voir nos offres de jetons

Vous pourrez télécharger immédiatement vos articles payés en ligne dans la rubrique « Mes achats PDF » de votre compte.



Docteur Alexandra Kom Emolle Hypoxémie post-opératoire : évaluation de la prévalence et des facteurs prédictifs préopératoires. Etude prospective à l’Hôpital Espoir de Kibuye-Burundi
A. Kom Emoll, S. Moumbe Tamba, G. Sund - Burundi - pages 693-700


X

Docteur Alexandra Kom Emolle Hypoxémie post-opératoire : évaluation de la prévalence et des facteurs prédictifs préopératoires. Etude prospective à l’Hôpital Espoir de Kibuye-Burundi Hypoxémie post-opératoire : évaluation de la prévalence et des facteurs prédictifs préopératoires. Etude prospective à l’Hôpital Espoir de Kibuye-Burundi est évalué 1 étoiles

Auteurs : A. Kom Emoll, S. Moumbe Tamba, G. Sund - Burundi
Publié en Français dans Médecine d'Afrique Noire 6812 - Décembre 2021 - pages 693-700


Résumé

Introduction : Due au manque d’équipements, la surveillance post-opératoire des patients demeure un véritable défi au Burundi. L’hypoxémie Post-Opératoire (HPO) est ainsi une des complications pouvant aboutir à de graves conséquences.
Matériels et méthodes : Etude de 5 mois durant laquelle tous les patients consentants et d’âge ≥ 15 ans ayant subi un acte chirurgical non-cardiaque programmé ou urgent à l’Hôpital Espoir de Kibuye ont été inclus dans l’étude. L’échantillon final était constitué de 362 patients. L’hypoxémie avait été évaluée grâce à la mesure de la saturation partielle en oxygène.
Résultats : Ce travail a révélé que 21/362 patients (5,8%) souffraient d’une HPO. La fréquence cardiaque, le taux d’hémoglobine, la pression artérielle diastolique étaient significativement différentes entre les patients hypoxémiques et non avant l’opération (p < 0,05). La durée de la chirurgie, le type de chirurgie et d’anesthésie influençaient également sur la survenue de l’Hpo (p < 0,05).
Conclusion : Ces facteurs pré et péri-opératoires identifiés ici pourraient permettre aux praticiens d’identifier les patients nécessiteux d’une surveillance post-opérative plus intensive.


Summary
Post operative hypoxemia: evaluation of prevalence and preoperative predictive factors. Prospective study at Hôpital Espoir de Kibuye-Burundi

Background: Post-operative monitoring of patients is crucial to prevent complications and mortality after a surgical intervention. In Burundi, it remains a challenge because of the poor equipment of the post-operative care unit, when they exist. Post-operative hypoxemia (poH) is one of these complications which can lead to poor outcomes for patients.
Materials and methods: This study lasted 5 months and was based on the measurement of arterial oxygen saturation before, 1 hour after then 2 hours after surgery and some additional clinical and paraclinical parameters were also recorded.
Results: Among the 362 patients (M/W = 144/218) involved, 5.8% had an episode of poH with no significant difference in occurrence between men and women. The values of heart rate, hemoglobin, diastolic blood pressure were significantly different between hypoxemic patients and non-hypoxemic before the surgical intervention (p < 0,05). The duration of surgery, type of surgery and anesthesia were also associated with poH (p < 0,05).
Conclusion: These pre and peri-operative factors found in this study could be useful in guiding practitioners to identify patients in need of increased postoperative monitoring.



Téléchargez cet article pour 1 jeton ou 0,00 € à l'unité. Voir nos offres de jetons

Vous pourrez télécharger immédiatement vos articles payés en ligne dans la rubrique « Mes achats PDF » de votre compte.



Docteur Abdoul Kadir Ibrahim Mamadou Profil épidémiologique, clinique, paraclinique, thérapeutique et évolutif des patients infectés par le SARS-CoV-2 au Centre Hospitalier Régional de Dosso, République du Niger
A.K. Ibrahim Mamadou, M.L. Harouna Amadou, N. Hama Aghali, B. Nameywa - Niger - pages 701-709


X

Docteur Abdoul Kadir Ibrahim Mamadou Profil épidémiologique, clinique, paraclinique, thérapeutique et évolutif des patients infectés par le SARS-CoV-2 au Centre Hospitalier Régional de Dosso, République du Niger Profil épidémiologique, clinique, paraclinique, thérapeutique et évolutif des patients infectés par le SARS-CoV-2 au Centre Hospitalier Régional de Dosso, République du Niger est évalué 3,14285714285714 étoiles

Auteurs : A.K. Ibrahim Mamadou, M.L. Harouna Amadou, N. Hama Aghali, B. Nameywa - Niger
Publié en Français dans Médecine d'Afrique Noire 6812 - Décembre 2021 - pages 701-709


Résumé

Introduction : Wuhan une ville située en Chine a vu naître en 2019 une maladie grave qui est vite devenue une pandémie. Cette pathologie a rapidement supplanté toutes les autres en termes de mortalité. La symptomatologie clinique est polymorphe. Aucun traitement n’a jusqu’ici fait sa preuve. La vaccination contre la COVID 19 existe, elle a fait preuve de son innocuité, malgré les réticences observées de part et d’autre. Nous rapportons notre expérience sur la gestion de cette crise planétaire dans notre contexte de précarité de moyens de prise en charge.
Patients et méthodes : Il s’agit d’une étude rétrospective à partir des dossiers des malades suivis pour COVID 19 au niveau exclusivement du Centre Hospitalier Régional de Dosso. Elle portait sur la période allant du 11/04/2020, date de la première admission du cas COVID 19 au sein du CHR de Dosso, au 03/06/2021.
Résultats : Au total 28 patients étaient inclus dans notre étude (27 hommes et une femme, âge moyen : 41,75 ans). Les patients âgés de plus de 50 ans constitue la tranche d’âge la plus représentative avec 11 patients soit un taux de 39,30%. La majorité des patients provenaient du milieu rural avec 53,50%. Les cultivateurs étaient plus nombreux avec 39,30% des cas. La COVID légère était plus représentée (53,50% des cas). La leuconeutropénie était l’anomalie de l’hémogramme la plus fréquente avec 32,2% des cas. Le taux de guérison était très important de l’ordre de 89,30%.
Conclusion : Débutant avec des signes respiratoires, la COVID 19 se caractérise par un polymorphisme clinique. Le traitement n’est jusque-là pas codifié, d’où l’intérêt du respect des mesures barrières.
Le vaccin est déjà disponible sur le marché, mais il fait face à des réticences injustifiées de part et d’autre.


Summary
Epidemiological, clinical, paraclinical, therapeutic and evolutionary profile of patients infected with SARS-CoV-2 at the Regional Hospital Center of Dosso, Republic of Niger

Introduction: Wuhan, a city located in China, saw the birth of a serious disease in 2019 that quickly became a pandemic. This pathology has rapidly supplanted all others in terms of mortality. The clinical symptomatology is polymorphic. No treatment has been proven so far. Vaccination against COVID 19 exists and has proven to be safe, despite the reluctance of both sides. We report our experience in managing this global crisis in our context of precarious means of care.
Patients and method: This is a retrospective study based on the files of patients followed for COVID 19 exclusively at the Regional Hospital Center of Dosso. It covered the period from 11/04/2020, date of the first admission of the COVID 19 case to the Dosso Regional Hospital, to 3/6/2021.
Results: A total of 28 patients were included in our study (27 men and one woman, mean age 41.75 years). Patients over 50 years of age constituted the most representative age group with 11 patients or a rate of 39.30%. The majority of patients were from rural areas with 53.50%. Farmers were more numerous with 39.30% of cases. Mild COVID was more represented (53.50% of cases). Leukoneutropenia was the most frequent blood count abnormality with 32.2% of cases. The cure rate was very high at 89.30%.
Conclusion: Beginning with respiratory signs, COVID 19 is characterized by a clinical polymorphism. The treatment is not yet codified, hence the interest in respecting barrier measures. The vaccine is already available on the market, but it faces unjustified reluctance on both sides.



Téléchargez cet article pour 1 jeton ou 0,00 € à l'unité. Voir nos offres de jetons

Vous pourrez télécharger immédiatement vos articles payés en ligne dans la rubrique « Mes achats PDF » de votre compte.



Docteur Bruce Wembulua Shinga Facteurs associés à la létalité du paludisme grave chez les patients hospitalisés au service des maladies infectieuses et tropicales du CHNU de Fann à Dakar
B.S. Wembulua, L. Fortes Déguénonvo, D. Ka, A. Diéye, P.N. Ayonga, M. Mufalume, K. Diallo Mbaye, A. Lakhe, V.M.P. Cisse Diallo, M. Seydi - Sénégal - pages 710-716


X

Docteur Bruce Wembulua Shinga Facteurs associés à la létalité du paludisme grave chez les patients hospitalisés au service des maladies infectieuses et tropicales du CHNU de Fann à Dakar Facteurs associés à la létalité du paludisme grave chez les patients hospitalisés au service des maladies infectieuses et tropicales du CHNU de Fann à Dakar est évalué 1 étoiles

Auteurs : B.S. Wembulua, L. Fortes Déguénonvo, D. Ka, A. Diéye, P.N. Ayonga, M. Mufalume, K. Diallo Mbaye, A. Lakhe, V.M.P. Cisse Diallo, M. Seydi - Sénégal
Publié en Français dans Médecine d'Afrique Noire 6812 - Décembre 2021 - pages 710-716


Résumé

Introduction : L’actualité épidémiologique du paludisme est marquée par une baisse du niveau d'endémicité. La perte de la prémunition qui s’en suit, expose aux formes graves avec une létalité de plus en plus préoccupante.
Objectif : Déterminer les facteurs associés à la létalité palustre pour une prise en charge précoce.
Méthodologie : Il s’agissait d’une étude transversale, prospective, descriptive et analytique portant sur les patients hospitalisés pour paludisme grave au service des maladies infectieuses du CHNU de Fann du 1er octobre 2017 au 30 novembre 2019.
Résultats : Au total, 86 patients ont été retenus. Le sexe masculin était majoritaire avec un sex-ratio (H/F) de 5,14. L’âge moyen était de 34 ± 17 ans. Les formes rénales (74,42%), neurologiques (63,95%) et hépatiques (55,81%) étaient les plus fréquentes. Le taux moyen d’hémoglobine était de 11,2 ± 3,5 g/dl. La thrombopénie était présente chez 43 patients (63,86%) et une hyperleucocytose chez 51,22% des patient avec une CRP moyenne à 127,4 ± 74,4 mg/l. La parasitémie était faible (< 0,5%) dans 80% de cas (52/86). Sous artésunate, la létalité était de 11,63% (10/86). Le décès était statistiquement associé à l’âge supérieure à 60 ans, l’infection bactérienne associée et la détresse respiratoire. Seule la détresse respiratoire était retenue en analyse multivariée (Ora = 13,47).
Conclusion : Le paludisme grave est donc grevé d’une létalité élevée dans nos milieux. Une attention particulière devrait être accordée aux sujets âgés ainsi que ceux présentant une détresse respiratoire.


Summary
Factors associated with lethality of severe malaria in patients hospitalized at the infectious and tropical diseases department of Fann University Teaching hospital in Dakar

Introduction: A drop in the level of endemicity marks the recent epidemiological aspect of malaria. The subsequent loss of premunity exposes to severe forms with an increasingly worrying lethality.
Objective: To determine the factors associated with severe malaria lethality for early management.
Methods: This was a cross-sectional, prospective, descriptive and analytical study of patients hospitalized for severe malaria in the infectious diseases department of Fann university hospital from October 1st, 2017, to November 30th, 2019.
Results: In total, 86 patients were enrolled. The male sex was predominant with a sex ratio (M/F) of 5.14. The average age was 34 ± 17 years. Renal (74.42%), neurological (63.95%) and hepatic (55.81%) forms were the most frequent. The mean haemoglobin level was 11.2 ± 3 g/dl and thrombocytopenia was present in 63.86% of cases. Hyperleukocytosis was found in 51.22% of patients with a mean CRP of 127.4 ± 74.4 mg/L. The parasitaemia was low (< 0.5%) in 80% of patients (52/86). Using artesunate, the lethality was 11.63% (10/86). Death was statistically associated with age over 60 years, associated bacterial infection and respiratory distress. Only respiratory distress was retained in multivariate analysis (Ora = 13,47).
Conclusion: Severe malaria is therefore associated with a high lethality in our context. Particular attention should be paid to older patients and those with respiratory distress.



Téléchargez cet article pour 1 jeton ou 0,00 € à l'unité. Voir nos offres de jetons

Vous pourrez télécharger immédiatement vos articles payés en ligne dans la rubrique « Mes achats PDF » de votre compte.



Madame Marielle Igala Evaluation du statut martial chez les donneurs de sang volontaires du Centre National de Transfusion Sanguine de Libreville
M. Igala, M. Guarisco, L.E. Ledaga Lentembo, L. Kouegnigan Rerambiah, S. Diop Lamine Lacombe, O. Rebienot Pellegrin, J.B. Boguikouma, F.O Abessolo - Gabon - pages 717-727


X

Madame Marielle Igala Evaluation du statut martial chez les donneurs de sang volontaires du Centre National de Transfusion Sanguine de Libreville Evaluation du statut martial chez les donneurs de sang volontaires du Centre National de Transfusion Sanguine de Libreville est évalué 1 étoiles

Auteurs : M. Igala, M. Guarisco, L.E. Ledaga Lentembo, L. Kouegnigan Rerambiah, S. Diop Lamine Lacombe, O. Rebienot Pellegrin, J.B. Boguikouma, F.O Abessolo - Gabon
Publié en Français dans Médecine d'Afrique Noire 6812 - Décembre 2021 - pages 717-727


Résumé

Objectifs : Evaluer le statut martial des donneurs en fonction du nombre de dons et rechercher les facteurs associés aux variations des stocks de fer chez les donneurs de sang volontaires, afin de garantir la qualité du produit sanguin labile issu du don de sang.
Méthodes : Il s’est agi d’une étude transversale prospective réalisée du 8 au 17 août 2019 au Centre National de Transfusion Sanguine de Libreville (CNTS). Les donneurs de tous les genres, âgés de 18 à 60 ans, d’au moins 50 kg sans infection intercurrente qui disposaient de toutes les analyses biologiques (hémogramme, C Protein Reactive, test de diagnostic rapide du paludisme, ferritine, fer sérique, hepcidine) nécessaires pour l’étude et dont aucun des tests virologiques (VIH, hépatites B et C) n’était positif ont été inclus.
Résultats : La population d’étude était constituée de 174 donneurs dont 156 hommes avec un ratio homme-femme de 8,7. L’âge des sujets variait de 18 à 64 ans avec une moyenne de 33,5 ± 8,6 ans. L’hémoglobine était en moyenne de 13,4 ± 1.5 g/dl chez l’homme et 11,7 ± 1 g/dl chez la femme (p < 10-4). L’hepcidine était en moyenne de 5,1 ± 1.3 ng/l pour les hommes et 3.8 ± 1,1 ng/l pour les femmes. La ferritine et le fer sérique étaient en moyenne de 14,2 ± 2,5 et 15 ± 6 µg/l pour l’homme, 11,8 ± 3,8 et 11,3 ± 6,3 µg/l pour la femme. La ferritine était basse chez 54 donneurs (55,7%) dont 50 étaient des nouveaux donneurs. Dans la population d’étude, 25 donneurs avec une CRP positive avaient un fer sérique à 15,1 ± 6 (p < 0.05), 11 donneurs consommaient de l’argile. Cette pratique alimentaire connue sous l’appellation de géophagie, semblait fortement corrélée aux fluctuations de l’hémoglobine, l’hepcidine, le fer sérique et la ferritine (p < 0,05).
Conclusion : Les bonnes pratiques de la collecte de sang, l’espacement des dons et la sélection des donneurs par la réalisation de l’hémoglobine pré-don, permettent non seulement de garantir une meilleure qualité des produits sanguins labiles servis aux receveurs mais protègeraient aussi les donneurs des conséquences du don de sang répété.


Summary
Iron status in voluntary blood donors of Libreville National Blood Transfusion Center

Objectives: To evaluate the iron status of donors in relation to the number of donations and to investigate the factors associated with variations in iron stocks in voluntary blood donors, to ensure the quality of the labile blood product resulting from blood donation.
Methods: This was a prospective cross-sectional study carried out from August 8th to 17th, 2019 at the National Center of Blood Transfusion of Libreville (NCBT). Donors of all genders, aged 18 to 60, weighing at least 50 kg without intercurrent infection who had all the laboratory tests (haemogram, C Protein Reactive, rapid diagnostic test for malaria, ferritin, serum iron, hepcidin) necessary for the study and none of whose virological tests (HIV, hepatitis B and C) were positive were included.
Results: The study population consisted of 174 donors including 156 men with a male to female ratio of 8.7. The age of the subjects ranged from 18 to 64 years with an average of 33.5 ± 8.6 years. Hemoglobin averaged 13.4 ±± 1.5 g/dl in men and 11.7 ± 1 g/dl in women (p < 10-4). Hepcidin averaged 5.1 ± 1.3 ng/L for men and 3.8 ± 1.1 ng/L for women. Ferritin and serum iron were on average 14.2 ± 2.5 and 15 ± 6 µg/l for men, 11.8 ± 3.8 and 11.3 ± 6.3 µg/l for women. Ferritin was low in 54 donors (55.7%) of which 50 were new donors. In the study population, 25 donors with a positive CRP had serum iron level of 15.1 ± 6 (p < 0.05), 11 donors consumed clay. This dietary practice, known as geophagy, appeared to be strongly correlated with fluctuations in hemoglobin, hepcidin, serum iron, and ferritin (p < 0.05).
Conclusion: Good blood collection practices, donation spacing and donor selection through pre-donation hemoglobin testing, not only ensure better quality of labile blood products served to recipients but also protect donors from the consequences of repeated blood donation.



Téléchargez cet article pour 1 jeton ou 0,00 € à l'unité. Voir nos offres de jetons

Vous pourrez télécharger immédiatement vos articles payés en ligne dans la rubrique « Mes achats PDF » de votre compte.



Docteur Anani Wencesl Séverin Odzébé Facteurs associés à la récidive de la lithiase urinaire au service d’urologie du CHU de Brazzaville, Congo
A.S. Ondziel Opara, A.M Ondongo Atipo, R.B Banga Mouss, Y.I. Dimi Nyanga, G. Onguele Okemba, A. Ondze Oponguy, Mayala, A.W.S. Obdzébé, P.A. Bouya PA - Congo-Brazzaville - pages 738-744


X

Docteur Anani Wencesl Séverin Odzébé Facteurs associés à la récidive de la lithiase urinaire au service d’urologie du CHU de Brazzaville, Congo Facteurs associés à la récidive de la lithiase urinaire au service d’urologie du CHU de Brazzaville, Congo est évalué 1 étoiles

Auteurs : A.S. Ondziel Opara, A.M Ondongo Atipo, R.B Banga Mouss, Y.I. Dimi Nyanga, G. Onguele Okemba, A. Ondze Oponguy, Mayala, A.W.S. Obdzébé, P.A. Bouya PA - Congo-Brazzaville
Publié en Français dans Médecine d'Afrique Noire 6812 - Décembre 2021 - pages 738-744


Résumé

Objectif : Déterminer le taux de récidive lithiasique et d’identifier les facteurs de risque de récidive.
Patients et méthodes : Etude descriptive et analytique, à recueil rétrospectif menée dans le service d’urologie du CHU de Brazzaville sur une période de cinq ans. Nous avons comparé les caractéristiques sociodémographiques et clinico-pathologiques des patients avec et sans récidive lithiasique.
Résultats : Trente-trois patients avaient présenté une récidive lithiasique soit une fréquence de 32,67%. En analyse univariée les facteurs de risques associés à la récidive étaient l’âge (p = 0,002), le niveau socioéconomique élevé (p = 0,006), le niveau d’instruction élevé (p = 0,038), le statut socioprofessionnel des travailleurs (p = 0,034), l’HTA (p = 0,004), le diabète (p = 0,015) et la localisation initiale du calcul au niveau du haut appareil urinaire (p = 0,033). En analyse multivariée seuls l’HTA (p < 0,001) et l’âge (p < 0,001) demeuraient des facteurs de risque.
Conclusion : Il ressort que la prévalence de la lithiase a connu une croissance. La récidive lithiasique touche près d’un patient sur trois et que l’HTA et l’âge sont des facteurs de risque associés à la récidive.


Summary
Factors associated with the recurrence of urolithiasis in the urology department of the University Hospital of Brazzaville

Aim: To determine the rate of lithiasis recurrence after urological management of urinary stones and to identify risk factors for recurrence.
Patients and methods: Descriptive and analytical study, with a retrospective collection conducted in the urology department of the University Hospital of Brazzaville over a period of five years. We compared the sociodemographic and clinical-pathological characteristics of patients with and without lithiasis recurrence.
Results: Thirty-three patients have had a recurrence (32.67%). In univariate analysis, the factors associated with lithiasis recurrence were age (p = 0,002), the socio-economic level (p = 0,006), high level of education (p = 0,038), the socio-professional status of workers (p = 0,034), arterial hypertension (p = 0,004), diabetes (p = 0,015) and initial location in the upper urinary tract (p = 0,033). In multivariate analysis only high bond pressure (p < 0,001) and age (p < 0,001) remained risk factors.
Conclusion: This study is found that the prevalence of urolithiasis has grown. Almost a third of patients have a recurrence and arterial hypertension and age are risk factors for recurrence.



Téléchargez cet article pour 1 jeton ou 0,00 € à l'unité. Voir nos offres de jetons

Vous pourrez télécharger immédiatement vos articles payés en ligne dans la rubrique « Mes achats PDF » de votre compte.



Docteur Hervé Kafando Epidémiologie et sensibilité des entérobactéries uropathogènes productrices de bêtalactamases à spectre élargi au Centre Hospitalier Universitaire Yalgado Ouedraogo (CHUYO)
H. Kafando, K. Ouattara, M. Sawadogo, A. Ouedraogo, L. Sangare - Burkina Faso - pages 729-737


X

Docteur Hervé Kafando Epidémiologie et sensibilité des entérobactéries uropathogènes productrices de bêtalactamases à spectre élargi au Centre Hospitalier Universitaire Yalgado Ouedraogo (CHUYO) Epidémiologie et sensibilité des entérobactéries uropathogènes productrices de bêtalactamases à spectre élargi au Centre Hospitalier Universitaire Yalgado Ouedraogo (CHUYO) est évalué 1 étoiles

Auteurs : H. Kafando, K. Ouattara, M. Sawadogo, A. Ouedraogo, L. Sangare - Burkina Faso
Publié en Français dans Médecine d'Afrique Noire 6812 - Décembre 2021 - pages 729-737


Résumé

Introduction : Les Entérobactéries productrices de Bêtalactamases à Spectre Elargi (EBLSE) responsables d’ITU constituent une préoccupation quasi quotidienne dans la prise en charge des patients du fait de leur multirésistance. Ce travail avait pour but de décrire le profil épidémiologique de ces EBLSE et leur niveau de résistance actuelle au CHUYO.
Méthodologie : Il s'est agi d'une étude descriptive à visée épidémiologique concernant toutes les souches d'EBLSE isolées à partir des échantillons d’urine du 15 novembre 2019 au 31 juillet 2020. L’identification et la détection des EBLSE étaient réalisées grâce au système expert de l’automate BD Phoenix M50 au moyen de panel pour les bactéries à Gram négatif isolées des urines (UNMIC).
Résultats : La fréquence des EBLSE était de 56,50% (174/308) dont l’essentiel provenait des services d’urologie (28,16%), des urgences médicales (14,37%) et de Néphrologie-Hémodialyse (13,79%). Escherichia coli occupait la première place parmi les EBLSE isolées (66,66%) suivi de Klebsiella spp (32,20%). Les EBLSE ont montré une corésistance considérable aux sulfamides (92,50%) et aux fluoroquinolones (91,40%). La corésistance avec les aminosides variait significativement en fonction des molécules 50% pour la gentamicine contre 1,72% pour l’amikacine. Cependant, ces EBLSE ont présenté des résistances relativement faibles pour la nitrofurantoïne (17,81%), la fosfomycine (7,50%) et l’imipénème (5,75%). Les associations pénicillines + inhibiteurs de bêtalactamases ont connu une très faible activité vis-à-vis des EBLSE ; respectivement 97,12% et 51,72% de résistance pour l’amoxicilline-acide clavulanique et la pipéracilline-tazobactam. Les céphalosporines de troisième génération (C3G) ont été totalement inactives, elles ont présenté des résistances allant de 97,12% pour la ceftazidime à 100% pour la ceftriaxone et le céfixime.
Conclusion : Le respect des mesures d’hygiène, l’usage rationnel des antibiotiques et la réadaptation des traitements probabilistes peuvent être des moyens efficaces de lutte contre les EBLSE.


Summary
Epidemiology and susceptibility of extended-spectrum beta-lactamase-producing uropathogenic Enterobacteriaceae at the Yalgado Ouedraogo University Teaching Hospital (UTHYO)

Introduction: The Enterobacteria producing extended Spectrum Beta-Lactamases (ESBL) responsible of urinary tract infection constitute an almost daily preoccupation in the treatment of patients because of their multidrug resistance. This work aimed to describe the epidemiological profile of these ESBLE and their current level of antibiotics resistance for the better patient management regarding these data at the “Centre Hospitalier Universitaire Yalgado Ouedraogo”.
Methodology: It was a descriptive study of all ESBLE strains isolated from urines sample routed to the laboratory from November 15th, 2019 to July 31st, 2020. The identification and detection of ESBLE were performed with the expert system of the BD Phoenix M50 using a panel for Gram-negative bacteria isolated from urine (UNMIC).
Results: The frequency of the ESBLE was 56.50% (174/308). The essential of the ESBLE was from the departments of urology (28.16%), of medical emergencies (14.37%) and of Nephrology-Haemodialysis (13.79%). Escherichia coli occupied the first place among the isolated ESBLE (66.66%) follow-up of Klebsiella spp (32.2%). The ESBLE showed a considerable co-resistance to the sulfamides (92.50%) and to the fluoroquinolones (91.4%). The aminoglycoside co-resistance varied meaningfully according to the molecules 50% for the gentamicin and 1.72% for the amikacin. However, these ESBLE presented relatively weak resistances for the nitrofurantoin (17.81%), the Fosfomycin (7.50%) and the imipenem (5.75%). The associations penicillins + inhibitory of betalactamases showed an ineffective upon the ESBLE with respectively 97.12% and 51.72% of resistance for the amoxicillin-clavulanic acid and the piperacillin-tazobactam. The third generation cephalosporins (C3G) were completely inactive, they presented active resistances of 97.12% for the ceftazidim to 100% for the ceftriaxone and the cefixime.
Conclusion: Adherence to hygienic measures, rational use of antibiotics and rehabilitation of probabilistic treatments can be effective means of controlling ESBL.



Téléchargez cet article pour 1 jeton ou 0,00 € à l'unité. Voir nos offres de jetons

Vous pourrez télécharger immédiatement vos articles payés en ligne dans la rubrique « Mes achats PDF » de votre compte.




Acheter le N° 6812 - Décembre 2021

Version papier uniquement

1. Choisissez votre zone de livraison

2. Votre statut

2. Votre offre


Article ajouté au panier avec succès





Accès direct aux sites APIDPM :

Revue, rubriques de formation continue,
Annonces de congrès, actualités...

Médecine d'Afrique noire électronique
Médecine du Maghreb électronique
Odonto-Stomatologie électronique
Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments

PACKS JETONS

Découvrez nos offres Packs jetons - Plus d'infos

ABONNEMENTS

Découvrez notre offre d'abonnement à nos revues - Plus d'infos

CONTACTEZ-NOUS

Adresse

  • Espace Santé 3
    521, avenue de Rome
    83500 La Seyne sur mer - France

Téléphone

  • +33 4 94 63 24 99

Contactez-nous

APIDPM Santé Tropicale

Qui sommes-nous ?

Conditions générales



APIDPM est éditeur de sites médicaux :


Médecine d'Afrique noire électronique Médecine du Maghreb électronique Odonto-Stomatologie électronique Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments