Santé tropicale à Madagascar - Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale à Madagascar > Revue de presse

Revue de presse

Grippe aviaire : la découverte tout récemment d’une nouvelle souche hautement pathogène dans un pays d’Afrique met le continent en alerte. Le cas nigérian relance la vigilance africaine - 27/08/2008 - Midi Madagasikara - MadagascarEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Ce fut dans le courant de la première quinzaine de ce mois d’août qu’a été annoncée la découverte au Nigéria, d’une souche de la grippe aviaire hautement pathogène, inconnue auparavant en Afrique subsaharienne. Ce fut pour la première fois que cette nouvelle souche y a été découverte. C’est également au Nigeria qu’ont été signalés, il n’y a pas longtemps, deux nouveaux cas de grippe aviaire dans deux Etats différents de ce pays. La grippe aviaire, déjà découverte il y a deux ans au Nigeria, mais cette fois, d’après les résultats des analyses effectuées par un laboratoire au Nigeria et un autre en Italie, il s’agit d’une nouvelle souche du virus, laquelle est génétiquement différente des souches déjà découvertes auparavant au Nigeria. Cette nouvelle souche n’avait jamais été signalée auparavant en Afrique. Elle est plutôt similaire à des souches précédemment identifiées en Italie, en Afghanistan et en Iran l’an dernier.

Vecteurs

Bien entendu, cette découverte d’une nouvelle souche du virus de la grippe aviaire inquiète au plus haut point, dans la mesure où l’Afrique est estimée ne pas être suffisamment armée pour faire face à une éventuelle pandémie, notamment, si le virus venait à devenir transmissible de l’espèce aviaire à l’homme. D’autant plus que l’on ignore comment cette nouvelle souche a pu s’introduire sur le continent africain et les explications ne relèvent pour l’instant que des suppositions. On parle bien évidemment des oiseaux migrateurs comme vecteur par excellence du virus d’un continent à un autre. La dernière migration de ces oiseaux de l’Europe et d’Asie centrale vers l’Afrique a eu lieu en septembre de l’année dernière et celle de cette année vers le sud de l’Afrique, n’a pas encore commencé. D’autres éventualités, comme le commerce illicite d’animaux, constituent également des explications possibles pour avoir introduit cette nouvelle souche au Nigéria. Ce type d’activités accroît le risque de propagation de la grippe aviaire vers d’autres pays d’Afrique, notamment, la partie Ouest du continent.
Un chat !

Cette situation relance et renforce les processus de vigilance africaine, afin d’éviter tout risque de propagation rapide de ce virus hautement pathogène. Le cas de transmission du virus sur un mammifère (un chat) en Corée du Sud cette année augmente les craintes de « facilitation » de la transmission de ce virus entre des espèces différentes. Pour l’instant, les scientifiques n’avancent pas encore une telle possibilité, estimant celle-ci encore minime pour le moment.

Rappelons que depuis son apparition en Asie, il y a cinq ans, la grippe aviaire a déjà touché plus de 60 pays et causé autour de 200 décès de personnes.

Recueillis par Hanitra R.

Lire l'article original

Plus d'articles Malgaches - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MadagascarSanté tropicale à Madagascar
Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !