Médecine d'Afrique noire - 1ère revue médicale internationale panafricaine francophone


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


Identification

Aide / Inscription


Accès direct

couverture_ost

couverture_mag

couverture_diam


Une rubrique de FMC dédiée à l'ORL et la Chirurgie Cervico-Faciale - Plus d'informations


Une rubrique de FMC dédiée à la Cancérologie et l'Anatomie pathologique - Plus d'informations


La douleur n'est pas une fatalité - Formez-vous à la prise en charge de la douleur - Plus d'informations


Les allergies empoisonnent la vie de vos patients ? Formez-vous à la prise en charge des allergies - Plus d'informations


Pour être informé(e) avant tout le monde !

logo_fb

logo_twitter



Les mieux notés - Les plus commentés

Top 10 des articles les plus lus

  • Classé N° 1 sur 1887 articles

    Paludisme grave de l’enfant à Brazzaville

    G. Moyen, A. Mbika Cardorelle, J. Kambourou, A. Oko, A. Mouko, Obengui - Congo-Brazzaville
    Publié dans Médecine d'Afrique Noire - N° 5702 - Février 2010 - pages 113-116

    Voir/masquer le résumé

    Une étude prospective intéressant les enfants de 3 mois à 15 ans hospitalisés dans les services de pédiatrie des 4 grandes structures sanitaires de Brazzaville a été réalisée dans le but de situer la prévalence du paludisme grave de l’enfant et d’en apprécier son évolution.
    Ainsi entre janvier et août 2006, 1506 enfants ont été hospitalisés pour paludisme grave sur 10217 hospitalisés dans l’ensemble des services soit 14,7 %. Il concernait les enfants dont l’âge moyen était de 5 ans et 2 mois (extrêmes : 3 mois et 5 jours -14 ans et 8 mois). Les enfants de 1 à 5 ans, 864 cas (57,6 %) étaient les plus touchés p < 0,02. Le temps écoulé entre le début des symptômes et l’hospitalisation était en moyenne de 8 jours (extrêmes : 10h et 20 jours).
    Les formes anémiques, 978 cas (64,9 %) les formes convulsives, 732 cas (48,6 %), le neuropaludisme, 342 cas (22,7 %) étaient les formes les plus observées.
    396 décès ont été enregistrés (26,3 %), les formes convulsives étaient les plus concernées : 41,4 % p < 0,02. Les enfants ont gardé des séquelles notamment motrices et sensorielles dans 62 cas. La gravité et la sévérité de l’affection impose des mesures de prévention.

    Mots clés : paludisme grave, enfants, anémie, convulsion,

    Lire l'article

    Cet article est actuellement coté note - 1871 par les abonnés de Médecine d'Afrique Noire.
    Il a été consulté 2278 fois, téléchargé 833 fois et évalué 6 fois.  9 commentaires ont été postés à propos de cet article

  • Classé N° 2 sur 1887 articles

    Urgences uro-génitales en milieu hospitalier. Aspects épidémiologiques, cliniques et thérapeutiques

    H.A.O. Dandjlessa, K.F.Y. Soumanou, J. Avakoudjo, R. Tore, E.C. Akpo, R. Hodonou - Bénin
    Publié dans Médecine d'Afrique Noire - N° 6207 - Juillet 2015 - pages 347-352

    Voir/masquer le résumé

    But : Présenter les aspects épidémiologiques cliniques et thérapeutiques des urgences uro-génitales reçues à la clinique universitaire d’accueil des urgences du CHNU-HKM de Cotonou (Bénin).
    Patients et méthode : Il s’agissait d’une étude rétrospective descriptive concernant les urgences uro-génitales rencontrées à la clinique universitaire  d’accueil des urgences du CNHU-HKM de Cotonou (Bénin) pendant la période allant de 01/01/2011 au 30/06/2012 soit 18 mois.
    Résultats : L’âge moyen de nos patients était de 57,1 ans. Quarante-deux pour cent de nos patients avaient un âge supérieur ou égal à 60 ans. Le rapport selon le sexe (M/F) était de 9,6. Les principales urgences reçues étaient la rétention aiguë d’urine (RAU) (54,7%), les traumatismes urogénitaux (12%) et l’hématurie (10,3%). Les tumeurs prostatiques (69,4%) étaient les principales étiologies des rétentions d’urine. Sur le plan thérapeutique, le principal geste effectué en urgence était le sondage urétro-vésical (40,6%).
    Conclusion : La rétention aiguë d’urine constitue l’urgence urologique la plus fréquente dans notre pays ; cependant, les traumatismes urogénitaux et l’hématurie ne sont pas rares.

    Mots clés : Urgences urogénitales, épidémiologie, clinique, traitement

    Lire l'article

    Cet article est actuellement coté note - 2768 par les abonnés de Médecine d'Afrique Noire.
    Il a été consulté 2505 fois, téléchargé 790 fois et évalué 6 fois.  4 commentaires ont été postés à propos de cet article

  • Classé N° 3 sur 1887 articles

    Les écoles de médecine en Afrique subsaharienne

    F. Mullan, S. Frehywot, F. Omaswa, E. Buch, C. Chen, S.R Greysen, T. Wassermann, D. Eldin ElGaili Abubakr, M. Awases, C. Boelen, M. J-M. I. Diomande, D. Dovlo, J. Ferro, A. Haileamlak, J. Iputo, M. Jacobs, A.K Koumaré, M. Mipando, G.L. Monekosso, E.O. Ol - Mali
    Publié dans Médecine d'Afrique Noire - N° 5810 - Octobre 2011 - pages 433-450

    Voir/masquer le résumé

    Contexte, problématique et objectifs : Les nombres restreints de diplômés sortant d’écoles de médecine peu nombreuses, et l’émigration des diplômés vers d’autres pays contribuent au faible nombre de médecins présents en Afrique subsaharienne. L’étude sur les écoles de médecine en Afrique subsaharienne a examiné les défis, les innovations et les nouvelles tendances au regard de l’éducation en médecine dans la région.
    Méthodes : Nous avons retenu 168 écoles de médecine ; parmi les 146 qui ont été soumises à l’enquête, 105 (72%) ont répondu.
    Résultats : Les observations tirées de l’étude indiquaient que les pays mettaient en priorité l’éducation médicale dans le cadre du renforcement du secteur de la santé et nous avons constaté nombre d’innovations dans la préparation “pré-médicale”, l’éducation en équipe et l’usage créatif du soutien limité en matière de recherche. L’étude a aussi attiré l’attention sur le problème généralisé d’un effectif insuffisant de professeurs capables d’enseigner les sciences fondamentales et cliniques, d’une infrastructure physique peu développée et du manque d’accréditation externe.
    Les tendances enregistrées incluent la croissance des écoles de médecine privées, l’éducation axée sur la communauté, les partenariats internationaux et l’effet positif de la recherche pour le développement des professeurs. Dix recommandations orientent l’initiative de renforcement de l’éducation en médecine en Afrique subsaharienne.

    Mots clés : enseignement, formation médicale,

    Lire l'article

    Cet article est actuellement coté note - 2146 par les abonnés de Médecine d'Afrique Noire.
    Il a été consulté 2674 fois, téléchargé 675 fois et évalué 18 fois.  11 commentaires ont été postés à propos de cet article

  • Classé N° 4 sur 1887 articles

    Fracture de la verge à la clinique universitaire d’urologie de Cotonou

    G. Natchagandé, JDG Avakoudjo, K.I. Gandaho, P.P. Hounasso, R. Hodonou, R. Toré Sanni, F. J-M Hodonou, E.C. Akpo - Bénin
    Publié dans Médecine d'Afrique Noire - N° 6009 - Août/Sept. 2013 - 368-372

    Voir/masquer le résumé

    La fracture de la verge fait partie des urgences andrologiques rares. Nous rapportons 4 cas de fracture de la verge survenue par faux-pas de coït. Il s'agissait d'adultes jeunes âgés de 31 ans à 50 ans. La symptomatologie était dominée par une déviation de la verge (n = 4), un œdème de la verge (n = 4). Deux cas de rupture urétrale étaient retrouvés. Une albuginorraphie a été réalisée avec une évolution favorable dans tous les cas. De la prise en charge précoce de la fracture de verge dépend le pronostic fonctionnel.

    Mots clés : Fracture de verge, faux-pas de coït, rupture urétrale, urétrorragie

    Lire l'article

    Cet article est actuellement coté note - 2457 par les abonnés de Médecine d'Afrique Noire.
    Il a été consulté 2257 fois, téléchargé 563 fois et évalué 11 fois.  25 commentaires ont été postés à propos de cet article

  • Classé N° 5 sur 1887 articles

    Déterminants de la malnutrition chez les enfants de moins de cinq ans suivis à l’institut national de santé publique Côte d’Ivoire

    Ake-Tano O., Ekou F.K., Konan Y.E., Tetchi E.O., Koffi K.B., Oussou K.R., Kpebo D.O.D., Coulibaly A., Tiembre I., Koffi K. - Côte d'Ivoire
    Publié dans Médecine d'Afrique Noire - N° 5802 - Février 2011 - pages 93-99

    Voir/masquer le résumé

    Une étude transversale à visée descriptive et analytique s’est déroulée du 1er juin au 31 juillet 2008, au service de Santé Maternelle et Infantile (SMI) de l’Institut National de Santé Publique (INSP), d’Abidjan (Côte d’Ivoire). Cette étude avait pour objectifs de décrire le profil des enfants de l’étude, de déterminer la proportion d’enfants malnutris et d’identifier les déterminants de la malnutrition.
    Au total, 276 enfants de moins de cinq ans ont été inclus dans l’étude. Ces enfants avaient un âge moyen de 8 ± 5,3 mois et la majorité (84,4%) provenait des communes d’Adjamé et d’Attécoubé. Leurs mères avaient un âge moyen de 24,8 ± 5,4 ans et la moitié était analphabète. La taille moyenne des ménages où vivent les enfants était de 5,29 personnes et dans presque la totalité (80,8%) le budget alimentaire quotidien était moins de 2000 FCFA (3.05 euros). Le poids moyen de naissance des enfants était de 2982,45 ± 487,2 grammes. Trois quarts d’entre eux ayant l’âge d’être vacciner contre la rougeole avait reçu leurs doses de vaccin et la majorité était suivie à la PMI en ce qui concerne leur développement staturo-pondéral. Concernant leur état nutritionnel, 24,3% avaient une insuffisance pondérale, 22,5% une malnutrition aiguë et 7,20% une malnutrition chronique.
    L’analyse univariée a montré que l’âge de l’enfant, le lieu de résidence, le niveau d’instruction de la mère, le budget alimentaire quotidien du ménage, le poids de naissance, le suivi régulier de la croissance de l’enfant et la vaccination contre la rougeole étaient significativement associés à l’état nutritionnel de l’enfant. Après ajustement pour les autres variables, ce sont l’âge de l’enfant, le poids de naissance, le budget alimentaire quotidien du ménage et le suivi régulier de l’enfant qui avaient des effets significatifs sur l’état nutritionnel de l’enfant.
    La malnutrition demeure toujours un problème d’actualité en Côte d’Ivoire. Un niveau économique favorable du ménage, un poids normal à la naissance et la participation active de la mère aux activités promotionnelles et préventives de santé sont des mesures pouvant protéger l’enfant de la malnutrition.

    Mots clés : malnutrition, déterminants, enfants,

    Lire l'article

    Cet article est actuellement coté note - 2032 par les abonnés de Médecine d'Afrique Noire.
    Il a été consulté 2594 fois, téléchargé 497 fois et évalué 4 fois.  3 commentaires ont été postés à propos de cet article

  • Classé N° 6 sur 1887 articles

    Aspects actuels du paludisme grave de l’adulte à la clinique des maladies infectieuses du CNHU de Fann à Dakar

    S.A. Diop, C.T. Ndour, N.M. Dia, N.M Manga, L. Fortes, N.A. Lakhes, K. Niang, M. Seydi, M. Soumare, B.M. Diop, P.S. Sow - Sénégal
    Publié dans Médecine d'Afrique Noire - N° 5704 - Avril 2010 - pages 193-197

    Voir/masquer le résumé

    Objectifs : Cette étude avait pour objectifs de décrire les aspects épidémiologiques, cliniques et pronostiques du paludisme grave de l’adulte à la clinique des maladies infectieuses du CHNU de Fann.
    Malades et méthodes : Les données ont été recueillies à partir des dossiers d’hospitalisation des patients et du registre du laboratoire de parasitologie du 1er janvier 2003 au 31 décembre 2006. Etaient inclus, tous les patients, âgés de 15 ans ou plus, qui répondaient à la définition du paludisme grave de l’OMS.
    Résultats : Le paludisme grave occupe avec 181 cas la 1ère place des urgences médicales à la Clinique des Maladies Infectieuses du CHU de Fann à Dakar. Il représente 30,8% des infections palustres avec un pic de fréquence aux mois de novembre et décembre. La majorité des patients (59,1%) provenait des zones suburbaines. Le sex-ratio M/F était de 1,6 et l’âge moyen de 35 ± 18,328 [15-87 ans]. Les manifestions cliniques étaient dominés par les signes neurologiques avec 139 cas de coma, surtout de stade 1 (69,7%) et le syndrome confusionnel (27 cas). D’autres critères de gravité du paludisme ont été retrouvés : prostration (105 cas), ictère (46 cas), hémoglobinurie (15 cas), insuffisance rénale (10 cas), collapsus cardiovasculaire (10 cas) et anémie sévère (8 cas). La létalité globale a été de 17,1% (31 décès). Les facteurs de mauvais pronostic statistiquement significatifs ont été l’âge, le délai d’hospitalisation long, la pâleur des muqueuses, l’ictère et la profondeur du coma.
    Conclusion : Les manifestations cliniques du paludisme grave restent dominées par les signes neurologiques. Il importe d’améliorer le plateau technique des services de réanimation, si l’on veut obtenir une réduction conséquente de la létalité.

    Mots clés : paludisme grave, adulte,

    Lire l'article

    Cet article est actuellement coté note - 1890 par les abonnés de Médecine d'Afrique Noire.
    Il a été consulté 1540 fois, téléchargé 494 fois et évalué 10 fois.  4 commentaires ont été postés à propos de cet article

  • Classé N° 7 sur 1887 articles

    Intérêt de l’apport de pidolate de magnésium dans la prise en charge de la drépanocytose

    Y.N. Atimere, D. Kone, A. salami, B. Medegan, S.A. N’Yaudé, D.K Zika, M.O Egesi, Z.I. Coulibaly - Côte d'Ivoire
    Publié dans Médecine d'Afrique Noire - N° 6001 - Janvier 2013 - pages 11-14

    Voir/masquer le résumé

    Introduction : Les auteurs rapportent leur expérience de l’utilisation de MAG2® ampoule buvable sans sucre dans la prise en charge de la drépanocytose.
    Patients et méthode : Il s’agissait d’une étude prospective descriptive portant sur 101 patients drépanocytaires qui ont reçu pendant 10 mois du Mag2® ampoule buvable sans sucre. Le critère de jugement a été la baisse de l’intensité et du nombre de crises douloureuses.
    Résultats : Notre étude a concerné 101 enfants drépanocytaires connus, régulièrement suivis, répartis en 60 filles (59.41%) et 41 garçons (40.59%) avec un sex-ratio de 1,46. L’âge moyen de patients était de 7 ans avec des extrêmes de 2 ans et 13 ans. Le nombre moyen de crises douloureuses est passé de 5 ,5 ± 2,2 à 1,3 ± 0,8 avec une durée moyenne 2,2 ± 0,7j. Par ailleurs aucun de nos patients n’a été hospitalisé pour crise douloureuse.
    Conclusion : Mag2® ampoule buvable sans sucre a montré son efficacité dans la prise en charge de la drépanocytose.

    Mots clés : anémie, hémoglobinose, sicklémie,

    Lire l'article

    Cet article est actuellement coté note - 2365 par les abonnés de Médecine d'Afrique Noire.
    Il a été consulté 1998 fois, téléchargé 422 fois et évalué 4 fois.  10 commentaires ont été postés à propos de cet article

  • Classé N° 8 sur 1887 articles

    La problématique de la prévention de la transmission de la mère à l’enfant (PTME) du VIH dans les pays en développement (PED). Analyse du programme PTME Femme-Sida à l’hôpital provincial de Référence Jason Sendwe de Lubumbashi (R.D.C)

    K. KIZONDE, K. MALONGA, M. MOUTSCHEN - Congo-Kinshasa
    Publié dans Médecine d'Afrique Noire - N° 5605 - Mai 2009 - pages 273-280

    Voir/masquer le résumé

    Objectif : Evaluer l’efficacité du programme depuis la sensibilisation au Dépistage Volontaire du VIH (CDV) en Consultation Prénatale (CPN) jusqu’à la prise en charge effective en PTME des couples mère-enfant en période périnatale.
    Matériels et méthode : Il s’agit d’une étude rétrospective et analytique portant sur les cohortes de toutes les gestantes reçues pour la 1ère fois en CPN (n = 10.289) et suivies jusqu’à l’accouchement (n = 8768) du 1er juillet 2004 au 30 juin 2006. Les paramètres analysés sont : le taux de sensibilisation au Dépistage Volontaire (CDV) - le taux d’adhésion au DV (Pré-Test) et au retrait volontaire du résultat (Post-Test) - l’évolution de la séroprévalence VIH chez les adhérées au DV - le taux de prise en charge effective des couples mère-enfant en période périnatale.
    Résultat : Le taux de sensibilisation au DV du VIH en CPN est de 91,87% et de toutes les gestantes sensibilisées, 72,82% ont adhéré au DV alors que seulement 61 % de celles-ci se sont présentés au Post-Test. La désaffection observée au pré-Test par rapport au taux de sensibilisation et au Post-Test par rapport au Pré-Test est statistiquement significative (P < 0.001). Quant à la séroprévalence VIH chez les adhérées au DV, elle varie entre 4,4 % et 5,22 % avec un taux moyen de 4,72 %. La comparaison des taux de séroprévalence relevés aux différents semestres ne montre pas de différence statistique significative et le taux moyen de 4,72 % observé dans cette étude est comparable aux autres prévalences rapportées dans notre milieu, il est d’ailleurs voisin du taux national en RDC (4,1 %). Enfin, le taux de prise en charge effective des couples mère-enfant en PTME en période périnatale est évalué à 26,93 %, il serait même de 19 % si toutes les sensibilisées avaient adhéré au DV et au Post-Test.
    Conclusion : Comme on le voit, au taux élevé de sensibilisation et satisfaisant d’adhésion au Pré-Test s’oppose un taux bas d’adhésion au Post-Test justifiant la faible efficacité du programme PTME en termes de concept «coût-rentabilité». La carence en information et instruction chez les gestantes, la peur d’un statut sérologique positif pouvant conduire à la stigmatisation et source potentielle de naufrage conjugal, la non-participation du conjoint au programme et surtout le fait que le programme PTME tel que mené actuellement ne s’occupe que du seul volet PTME pure sans prendre en compte la santé et l’avenir des géniteurs en termes d’accès gratuit aux antirétroviraux (ARV), toutes ces raisons pourraient expliquer la désaffection observée au Post-Test et l’inefficacité finale du programme.

    Mots clés : PTME, PED, paradoxe taux de CDV, pré et post Test, faible efficacité,

    Lire l'article

    Cet article est actuellement coté note - 1627 par les abonnés de Médecine d'Afrique Noire.
    Il a été consulté 1464 fois, téléchargé 411 fois et évalué 1 fois.  6 commentaires ont été postés à propos de cet article

  • Classé N° 9 sur 1887 articles

    Dakin Cooper® stabilisé : une solution dans le traitement de la candidose buccale de l’enfant

    M. Kaloga, C. Assouan, R. Azagoh-Kouadio, S. Kourouma, A. Sangare, E.J. Ecra, B. Camara, A. Aka, I.P. Gbery.I.P. Yoboue, J.M. Kanga - Côte d'Ivoire
    Publié dans Médecine d'Afrique Noire - N° 5806 - Juin 2011 - pages 273-276

    Voir/masquer le résumé

    Objectifs : Apprécier l’efficacité et la tolérance du Dakin Cooper® stabilisé dans les soins locaux de la candidose buccale de l’enfant.
    Méthodologie : Il s’agit d’une étude multicentrique, prospective, descriptive et non comparative portant sur des enfants vus en consultation du 1er mars 2010 au 28 février 2011 dans le service de dermatologie du CHU de Treichville. Cent patients ont été recensés. Tous ont reçu le Dakin Cooper® stabilisé comme antiseptique en bain de bouche.
    Résultats : La moyenne d’âge était de 2,8 ans, le sex-ratio est de 1,6 en faveur des hommes, la durée moyenne du traitement était de 10 jours, la quasi-totalité des patients était guérie au bout de 15 jours, quel que soit le traitement associé et la tolérance était bonne chez tous nos patients.
    Conclusion : De par son efficacité Dakin Cooper® stabilisé est un antiseptique de choix pour le traitement de la candidose buccale et présente une tolérance excellente.

    Mots clés : Dakin, Cooper, stabilisé, candidose buccale, enfant,

    Lire l'article

    Cet article est actuellement coté note - 2095 par les abonnés de Médecine d'Afrique Noire.
    Il a été consulté 2723 fois, téléchargé 371 fois et évalué 13 fois.  17 commentaires ont été postés à propos de cet article

  • Classé N° 10 sur 1887 articles

    Pidolate de magnésium (Mag2® ampoules buvables sans sucre) et paludisme

    ASSOUAN C., AZAGOH K, MILLOGO M., NGUESSAN K - Côte d'Ivoire
    Publié dans Médecine d'Afrique Noire - N° 5711 - Novembre 2010 - pages 497-499

    Voir/masquer le résumé

    Objectif : Apprécier l’efficacité du pidolate de Magnésium (Mag2®), au cours du traitement du paludisme à Plasmodium falciparum.
    Méthodologie : Il s’agit d’une étude cas-témoin menée sur 3 mois (mai à juillet 2010) à l’Hôpital général de Koumassi. Cette étude a porté sur 226 patients qui ont consulté pour accès palustre confirmé par la présence de Plasmodium falciparum sur le frottis sanguin. Les patients ont été repartis en deux groupes homogènes de 113 patients chacun. Les deux groupes de patients ont reçu le même traitement antipaludique, associant l’artésunate à l’amodiaquine selon les recommandations de l’OMS. Le deuxième groupe a reçu en plus, une supplémentation journalière en magnésium sous forme de pidolate de magnésium (Mag2® ampoule buvable sans sucre) à raison de 366 mg par jour (3 ampoules buvables reparties en 3 prises journalières pendant sept jours). La comparaison entre les 2 groupes a porté sur le délai de reprise du travail, l’asthénie physique et l’apyrexie.
    Résultats : La défervescence a été obtenue au bout de 24 heures dans les deux groupes. La récupération physique a été rapide dans le groupe ayant reçu la supplémentation journalière en magnésium avec un délai de reprise de travail plus court.
    Conclusion : La supplémentation journalière en magnésium sous forme de pidolate de magnésium (Mag2® ampoule buvable) au traitement du paludisme favorise une récupération physique rapide. Son efficacité, son indication possible chez le diabétique atteint de paludisme et l’absence d’effets secondaires majeurs rencontrés méritent donc de le recommander.

    Mots clés : paludisme, pidolate de magnésium, sels minéraux, diabétique,

    Lire l'article

    Cet article est actuellement coté note - 1981 par les abonnés de Médecine d'Afrique Noire.
    Il a été consulté 2135 fois, téléchargé 366 fois et évalué 4 fois.  8 commentaires ont été postés à propos de cet article



Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


Médecine d'Afrique Noire - Mensuel - ISSN 0465-4668 - Medline (en cours)

logo_apidpmAPIDPM © Copyright 2003-2018 - Tous droits réservés. Site réalisé et développé par APIDPM Santé tropicale.

Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !