Santé tropicale en R. D. Congo - Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Avril 2019
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Novembre/Décembre 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2019
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en R. D. Congo > Revue de presse

Revue de presse

Le liquide amniotique avalé ou inhalé peut tuer nos bébés - 27/01/2017 - Le phare - Congo-KinshasaEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Il arrive que durant l’accouchement, le bébé puisse avaler ou inhaler le liquide amniotique. Vue la fréquence observée des cas chez les nourrissons, Dr Cécile Itula, pédiatre à l’hôpital général ex-Mama Yemo, explique le danger lié à l’inhalation par les narines et l’injection par la bouche du liquide amniotique chez les nouveau-nés.

Ce que les mères doivent savoir, est que le fœtus baigne dans ce liquide qu’il ingère très souvent dans la bouche et les narines sans aucun danger quelconque étant donné que dans le ventre, il n’y a que son cœur qui bat. Ses poumons aplatis ne fonctionnent pas encore. Pendant son séjour dans le ventre de sa mère, le liquide amniotique constitue un environnement naturel pour le fœtus.

C’est à la naissance que ce même liquide peut, selon notre pédiatre, devenir dangereux pour le nouveau-né qui dès qu’il émet son premier cri, ses poumons s’ouvrent automatiquement et le reste du liquide dans sa bouche ou dans ses narines peut passer dans ses poumons et dans son estomac. C’est au cours de l’évaluation et l’observation du nouveau-né par soit un pédiatre, soit une sage femme avertie ou encore un réanimateur que l’on peut reconnaître par certains signes qu’il a avalé ou inhalé le liquide.

Si le cas n’est pas sévère, explique Dr Cécile, l’usage d’une poire suffit pour évacuer ce liquide. Mais lorsque le cas est sévère, on utilise la sonde d’inhalation pour chasser le liquide amniotique du poumon. Ce liquide obstrue ses voies respiratoires, peut provoquer des maladies respiratoires ou sa mort.

A la naissance, lorsque l’enfant entre en souffrance, les bactéries ou les virus se trouvant dans le canal génital de la mère peuvent s’infiltrer dans ses poumons et dans son sang. Le bébé peut tomber malade durant la naissance ou pendant les journées qui suivent la naissance. Et lorsque le médecin le détecte, le nourrisson est soigné sous traitement antibiotique.

Dr Cécile demande aux mamans d’être attentives aux bébés lorsqu’ils tètent difficilement ou lorsqu’ils ont une respiration bruyante ou carrément si l’enfant respire la bouche ouverte, c’est que les narines sont encombrées, soit qu’on n’a pas bien aspiré ou qu’il y a un problème de malformation au niveau des narines ou dans la voie respiratoire et il faudra vite intervenir.

CM (C.P.)

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-KinshasaSanté tropicale en R. D. Congo
Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !