Santé tropicale en R. D. Congo - Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


Suivez-nous :


Vous souhaitez vous abonner à Médecine d'Afrique Noire, Médecine du Maghreb ou Odonto-Stomatologie tropicale ? Consulter des articles ? Rendez-vous sur le kiosque d'APIDPM - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2019
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juin 2019
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2019
Consulter la revue


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en R. D. Congo > Revue de presse

Revue de presse

Prévention de la méningite : Eviter de partager les cigarettes, les bouteilles d'eau, les crèmes à lèvres, les tasses... - 19/02/2019 - L'observateur - Congo-KinshasaEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Il y a environ deux semaines de cela, une épidémie de méningite a été déclarée dans la commune rurale de Botou (dans la Tapoa, à l'Est). La maladie a coûté la vie à au moins 25 personnes avant que les autorités sanitaires n'annoncent dernièrement que « la situation est sous contrôle ».

Mais comme on le dit, prudence est mère de sûreté, et quand on sait à quel point la méningite est contagieuse et grave, il convient de prendre les mesures nécessaires pour s'en prémunir, surtout en cette période d'harmattan, propice à la propagation des germes.

La maladie s'attaquant beaucoup aux enfants, c'est le lieu aussi d'inviter les mères à respecter le calendrier vaccinal en vigueur au Burkina (voir tableau).

La méningite est une inflammation des méninges, cette fine membrane qui entoure la moelle épinière.

Elle est causée par des germes qui pénètrent l'organisme par voie oro-pharyngée et peuvent aller infecter d'autres organes et la circulation sanguine.

Plusieurs germes sont responsables de la méningite : il s'agit, entre autres, du méningocoque (A, C, W 135, Y), du pneumocoque et de l'Haemophilus influenzae.

C'est en fonction du germe causal qu'on définit les types des méningites qui sont des maladies contagieuses et graves, car mettant en jeu le pronostic vital des malades.

La fièvre, la douleur au cou, des signes d'alerte

La méningite à méningocoque est une forme bactérienne qui s'accompagne de symptômes comme la raideur de la nuque, la fièvre élevée, la photophobie, l'état confusionnel, les céphalées et vomissements.

Elle évolue très rapidement et cause de graves lésions cérébrales (surdité, cécité, atteinte du cerveau, épilepsie, déficience mentale, troubles de l'attention ou de l'apprentissage). Cette infection peut même provoquer des paralysies ou une gangrène des mains ou des pieds qui peut conduire à des amputations.

Des études indiquent que 15 à 20 % des nourrissons et des enfants en bas âge (elle touche aussi les adolescents et les adultes) qui survivent à la méningite bactérienne en gardent des séquelles neurologiques permanentes.

Mode de transmission

La bactérie est véhiculée par la salive et les sécrétions provenant du nez et de la gorge. Ainsi, on peut contracter la maladie en respirant des particules de salive présentes dans l'air lorsque la personne atteinte a toussé, éternué ou s'est mouchée.

La méningite se transmet aussi par la salive présente lors des baisers sur la bouche, du partage des ustensiles, des verres, des bouteilles d'eau, des cigarettes, du rouge à lèvres, etc.

La période d'incubation est comprise entre 2 et 10 jours.

Prévention

On peut prévenir la méningite en observant quelques règles de santé et d'hygiène : d'abord, les parents doivent respecter scrupuleusement le calendrier vaccinal des enfants (jusqu'à 18 mois) où figure le vaccin contre l'haemophilus influenzae (contre la méningite).

En plus de cela, les vaccins à méningocoque W135 et le Men Afrivac sont maintenant introduits dans la vaccination de routine ;

ensuite, c'est le rôle, toujours des parents, de veiller à ce que les enfants bénéficient des rappels vaccinaux et d'autres vaccins très importants qui ne figurent pas sur le calendrier mais sont disponibles au Service d'hygiène, lequel est d'ailleurs le plus habilité à en fournir et aussi à la Caisse nationale de sécurité nationale (CNSS), au niveau des structures associatives, dans les pharmacies et cliniques.

C'est aux parents d'assurer ces vaccins très importants, car l'Etat ne fait qu'une partie ;

enfin, de façon générale, on peut aussi se protéger de la méningite par des gestes simples : il s'agit, au regard du mode de transmission de la maladie, entre autres, d'humidifier régulièrement les voies nasales avec du beurre de karité, de se couvrir le nez et la bouche au moment d'éternuer ou de tousser; de se laver les mains souvent, d'éviter de partager des objets tels que les cigarettes, les bouteilles d'eau, le brillant à lèvres et les verres ou les tasses.

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-KinshasaSanté tropicale en R. D. Congo
Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !