Santé tropicale en R. D. Congo - Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en R. D. Congo > Revue de presse

Revue de presse

Un sang universel pour tous est possible - 16/07/2007 - Le potentiel - Congo-KinshasaEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Des chercheurs français, en collaboration avec des équipes américaines, danoises et suédoises, viennent de découvrir, au laboratoire Architecture et fonction des macromolécules biologiques de Marseille, qu’un sang universel pour tous est possible. Selon «Actualité en France », il s’agit d’une percée révolutionnaire permettant de transformer, in vitro, le sang des groupes sanguins A, B et AB en groupe O, donneur universel. D’ici quelques années, rapporte la source, tous, quel que soit le groupe sanguin, peuvent devenir donneurs universels. Les chercheurs ont pu identifier les deux familles d’enzymes qui permettraient d’envisager la conversion des groupes sanguins A, B et AB en groupe O. Le souci des chercheurs était de « transformer les antigènes des groupes A, B ou AB présents à la surface des globules rouges en antigène H, celui des globules rouges du type O, afin de rendre le sang universellement compatible ». Chimiquement, explique la source, ces plaques d’immatriculation moléculaires sont des chaînes de sucres.

Et de poursuivre que seul le groupe O ne porte aucun sucre terminal. Elle estime que les chercheurs ont trouvé, après une exploration minutieuse de la diversité du monde bactérien, deux nouvelles enzymes capables d’éliminer les molécules terminales de sucre présentes à la surface des globules rouges. «Cette découverte est porteuse d’espoir. Il faudra toutefois attendre entre trois et cinq ans avant que ce procédé ne soit validé», rassure l’un des chercheurs.
La source rapporte aussi que des essais cliniques sont en cours. «S’ils sont concluants, la conversion à grande échelle des groupes sanguins A, B ou AB en O facilitera la gestion des produits sanguins et permettra de réduire les risques d’accident ABO », précise-t-elle, avant d’ajouter que, malgré les soins apportés à la gestion du sang, des erreurs d’étiquetage sont à l’origine de décès dus à une incompatibilité des groupes sanguins.

En effet, la demande de sang est en hausse de 3 % et il ne se conserve pas très longtemps. Il doit être transfusé dans les 42 jours pour les globules rouges et dans les 5 jours pour les plaquettes. Pour les biologistes, les centres de transfusion doivent posséder et renouveler constamment des stocks suffisants de sang des quatre groupes, tout en faisant face à des variations saisonnières de la collecte ou à des hausses ponctuelles de la demande.

Par Espérance Tshibuabua

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-KinshasaSanté tropicale en R. D. Congo
Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !