L'accès au texte intégral des articles nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà client ? Identifiez-vous !


Créez votre compte

Affichez le tarif qui vous correspond

Consultez les Conditions générales de vente


Abonnez-vous à Médecine d'Afrique noire - Edition imprimée

Tarif pour un abonnement à l'édition imprimée de Médecine d'Afrique noire destiné à un particulier et à expédier en « Afrique » : 210 €




Accueil > Le kiosque de Santé tropicale - Médecine d'Afrique Noire


English version English version

Médecine d'Afrique noire - 1ère revue médicale internationale panafricaine francophone - 64ème annéeMédecine d'Afrique noire
1ère revue médicale internationale panafricaine francophone

Pour les professionnels de santé exerçant en Afrique de l'ouest et du centre, l'abonnement électronique peut être pris en charge par APIDPM. Plus d'informations ici.

Recherche d'articles publiés dans Médecine d'Afrique noire

Par année de publication / Par critères / Dernier numéro paru



Professeur Béré David Komono

La fièvre jaune en Côte d’Ivoire. Historique, actualité et perspectives de recherche pour la luttenote

Auteurs : B.D. Komono - Côte d'Ivoire

Publié dans Médecine d'Afrique Noire - N° 5910 - Octobre 2012 - pages 459-469


Résumé

Une analyse spatio-temporelle des cas humains de fièvre jaune en Côte d’Ivoire, a permis de montrer que l’endémie amarile a eu une importance historique en étant à la base du transfert de la capitale coloniale de Grand-Bassam (premier centre administratif) à Bingerville, dans les années 1900. En outre pendant ces dix dernières années, le territoire ivoirien est devenu le siège de manifestations régulières de graves épidémies amariles. En particulier, de 2001 à 2007, des effectifs de 1468 cas suspects dont 41 confirmés et 26 décès (en moyenne 19 décès par an) ont été répertoriés. De 2007 à 2011, au total 111 cas suspects dont 33 confirmés et 43 décès ont été publiés.
Au cours de cette période (2007-2011), également, le nombre annuel des suspects et des décès est en nette croissance, atteignant des points culminants en 2011 : 79 cas, dont 35 décès. Par ailleurs, la maladie gagne de plus en plus le milieu urbain. Ainsi en 2001, environ 78,13% des cas confirmés de fièvre jaune provenaient des zones urbaines. En 2006, l’épidémie amarile a fait 79 cas, dont 8 confirmés et 3 décès, dans les villes de Korhogo (région du nord) et d’Ouragahio (région du sud forestier). En 2008, 9 cas de fièvre jaune dont 5 confirmés, ont été signalés dans différents districts sanitaires de la ville d’Abidjan. Enfin, en 2010, la Côte d’Ivoire a déclaré des manifestations épidémiques de la fièvre jaune, singulièrement en milieu urbain (Abidjan, Grand-Bassam, Bouaké). Au total, 13 cas ont été confirmés et on a déploré 2 décès. Par ailleurs, ces manifestations épidémiques de fièvre jaune étaient associées à une épidémie de dengue (type 3) qui a fait 12 cas et 1 décès.
En tout état de cause, ces observations dénoncent des insuffisances liées à la stratégie de lutte. En l’occurrence, le système de détection précoce des épidémies par la surveillance n’est pas suffisamment sensible pour susciter des actions d’anticipation. Il apparaît, en outre, que les modalités de fonctionnement du schéma épidémiologique actuel de la fièvre jaune en Afrique de l’Ouest, ne suffisent pas à expliquer les manifestations épidémiques de la maladie observées en zone urbaine à Abidjan.
En conséquence, les perspectives de recherche devraient prendre en compte l’intégration des paramètres entomologiques (identification des vecteurs, recherche du virus chez ces vecteurs, détermination des indices stégomyiens) dans la surveillance épidémiologique en vue de permettre une détection précoce des épidémies amariles. La recherche devrait également vérifier si la récurrence des épidémies amariles à Abidjan n’est pas due à l’existence anormale d’un réservoir de virus ou le fait d’une extension de la zone d’émergence endémique en zone urbaine.

Summary
Yellow fever in Ivory Coast. Historic, topicality and ongoing research for fighting

A spatiotemporal analysis of the human cases of yellow fever in Côte d’Ivoire, allowed showing that the yellow fever disease had a historic importance by being on the base of the transfer of the colonial capital of Grand-Bassam (first administrative center) to Bingerville, in the 1900s. Besides during these last ten years, the Ivory Coast territory became the siege of regular demonstrations of serious yellow fever epidemics. In particular, from 2001 to 2007, a total of 1468 suspected cases among which 41 confirmed and 26 cases of death (on average 19 cases of death a year) were listed. From 2007 to 2011, a total of 111 suspected cases among which 33 confirmed and 43 cases of death were published.
During this period (2007-2011), also, the annual number of the suspects and the deaths is in clear growth, reaching peaks in 2011: 79 cases, among which 35 cases of death. Besides, the disease gains more and more the urban environment. So in 2001, approximately 78.13% of the cases confirmed by yellow fever resulted from urban zones. In 2006, the yellow fever epidemics made 79 cases, among which 8 confirmed and 3 cases of death, in the cities of Korhogo (region of the North) and of Ouragahio (region of the forest South). In 2008, 9 cases of yellow fever among which 5 confirmed, were indicated in various sanitary districts of the city of Abidjan. Finally, in 2010, Ivory Coast declared epidemic appearances of the yellow fever, singularly in urban zones such as Abidjan, Grand-Bassam and Bouake. A total of 13 cases were confirmed and we regretted 2 cases of death. Besides, these epidemic demonstrations of yellow fever were associated with an epidemic of dengue (type 3) which made 12 cases and 1 case of death.
In any case, these observations denounce incapacities related to the fighting strategy. In this particular case, the system of premature detection of the epidemics by the surveillance is not sensitive enough to arouse actions of anticipation. It seems, besides, that the operating procedures of the current epidemiological plan of the yellow fever in western Africa are not enough to explain the epidemic demonstrations of the disease observed in urban zone in Abidjan.
Consequently, ongoing research should take into account the integration of the entomological parameters (identification of vectors, research for the virus into these vectors, determination of the stegomyian indexes) in the epidemiological surveillance to allow a premature detection of the yellow fever epidemics. The research should also verify if the recurrence of the yellow fever epidemics in Abidjan is not due to the abnormal existence of a reservoir of virus or the fact of an extension of the zone of endemic emergence in urban area.

icone adobe Obtenir l'article intégral en PDF --> Tarif pour un particulier, zone « Afrique » : 15,00 €

Cet article est actuellement coté note(1,5 étoiles) par les abonnés de Médecine d'Afrique Noire électronique. Il a été consulté 1171 fois, téléchargé 86 fois et évalué 2 fois.

Retour


Abonnez-vous à Médecine d'Afrique noire électronique

Médecine d'Afrique noire - 1ère revue médicale internationale panafricaine francophone - 64ème annéeMédecine d'Afrique Noire est la première revue médicale internationale panafricaine francophone. Créée en 1953 par Pierre Pène et Maurice Payet, l'édition papier traditionnelle parait régulièrement chaque mois et est diffusée dans le monde entier. Depuis 2003, l'édition électronique de Médecine d'Afrique noire a donné à la revue une visibilité mondiale.

Consultez nos offres d'abonnements

Pour les professionnels de santé et les étudiants en Médecine exerçant ou étudiant en Afrique de l'ouest et du centre, l'abonnement peut être pris en charge par APIDPM. Plus d'informations ici.




Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Santé tropicale - Santé tropicale
Le guide de la médecine et de la santé en Afrique


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !