Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Pour une meilleure prise en charge des maladies du sang : la coopération nippone appuie l’unité thérapeutique - 08/03/2010 - Sud Quotidien - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Améliorer la prise en charge des maladies du sang en dotant en équipement l’unité thérapeutique du Centre national de transfusion sanguine (Cnts). Voilà la finalité de la convention qui a été signée hier, lundi 8 mars, entre la représentation nippone au Sénégal et le Cnts. Au bout du compte, il est question de densifier la lutte contre ces maladies sanguines qui constituent une source délétère de morbidité et de mortalité au Sénégal.

Dans le cadre de son programme d’appui aux projets locaux, l’ambassade du Japon au Sénégal a signé avec le Centre national de transfusion sanguine (Cnts) hier, lundi 08 mars, une convention destinée au financement des équipements de l’unité de prise en charge des malades du sang.

La cérémonie qui s’est déroulée en présence de l’ambassadeur du Japon, Takashi Saito, et du directeur du Cnts, Saliou Diop, a ainsi permis de mettre à la disposition dudit centre un financement non remboursable d’un montant équivalent à quelque 44 millions de Fcfa.

Pour le responsable en chef de la représentation nippone au Sénégal, cet appui devrait permettre d’acquérir des équipements médicaux et du mobilier de bureau pour le nouveau bâtiment qui a été construit dans la dynamique d’extension de l’unité thérapeutique du Centre national de transfusion sanguine (Cnts).

Une unité thérapeutique dont la construction a été financée par l’Etat du Sénégal dans le cadre du Budget consolidé d’investissement (Bci 2006) et dont la mission première est d’assurer une meilleure prise en charge des maladies du sang, à l’instar de la drépanocytose et de l’hémophilie.

Avec la signature de la convention partenariale entre l’ambassade du Japon et le Cnts, les possibilités de prise en charge sanguine de l’unité thérapeutique du centre s’élargissent sensiblement puisque d’environ 2000 consultations en 2009, celles-ci peuvent désormais passer annuellement à 2500 consultations et 500 hospitalisations en moyenne.

Mieux même, fera remarquer l’ambassadeur du Japon lors de la signature de la convention, « Près d’un million de Sénégalais bénéficieront des activités du Cnts et c’est pourquoi votre projet à été sélectionné parmi les nombreux dossiers présentés à notre ambassade ». Saluant à sa juste mesure la justesse de l’accord d’appui contracté avec l’ambassade du Japon, le directeur du Cnts, Saliou Diop, a soutenu par suite que l’acquisition de l’unité thérapeutique donnera au centre national la possibilité d’améliorer foncièrement l’accès général aux soins, puisque qu’elle pourra être utilisée aussi bien par la population sénégalaise que les patients en provenance d’autres pays.

Et le directeur du Cnts de révéler que l’unité thérapeutique permettra de prendre en charge diverses opérations médicales comme le diagnostic et la prise en charge thérapeutique des maladies du sang, principalement les anémies qui constituent une grande source de morbidité et de mortalité au Sénégal.

Dans la même optique, les maladies héréditaires de l’hémoglobine comme la drépanocytose qui intéresse 01 Sénégalais sur dix, les maladies de la coagulation (hémophilie) et les cancers du sang, « des maladies qui constituent une priorité de santé publique au Sénégal du fait de leur fréquence, mais aussi de leur gravité et du coût élevé de leur traitement », comme l’a indiqué Saliou Diop, seront au centre de la prise en charge opérée au niveau de l’unité thérapeutique.

Moctar DIENG

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !