retour Santé tropicale Accès aux sites pays Santé tropicale au Bénin BENINSanté tropicale au Burkina Faso BURKINA FASOSanté tropicale au Cameroun CAMEROUNSanté tropicale en Centrafrique CENTRAFRIQUESanté tropicale au Congo CONGOSanté tropicale en Côte d'Ivoire COTE D'IVOIRESanté tropicale au Gabon GABON
Santé tropicale en Guinée GUINEESanté tropicale à Madagascar MADAGASCARSanté tropicale au Mali MALISanté tropicale en R.D. Congo R.D. CONGOSanté tropicale au Sénégal SENEGALSanté tropicale au Togo TOGO



Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM), ajoutez-le à vos applications favorites !


Suivez-nous :



vig_viral_facts


LE KIOSQUE APIDPM

Médecine d'Afrique Noire
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Consulter la revue


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions


Revue de presse

Trier les actualités par :

GabonCovid-19 : La vaccination, une priorité pour le gouvernement

Gabon Review | Gabon | 26/09/2021 | Lire l'article original

Face à l'augmentation inquiétante du nombre de contaminations et décès dus au Covid-19, plusieurs spéculations évoquent la prise imminente des mesures anti-Covid encore plus restrictives dont le retour du couvre-feu à 18h. Le ministre de la Santé qui a indiqué le 24 septembre que si la situation se dégrade, des mesures seront prises, a affirmé que l'heure est à la vaccination. Bien que cette 3e vague soit virulente au début a-t-il dit, une bonne couverture vaccinale pourrait permettre de changer la donne.

Le ministre de la Santé a indiqué devant la presse, le 24 septembre, que la 3e vague de Covid-19 est virulente. Du 1er au 24 septembre, a fait savoir Guy-Patrick Obiang, 2 838 nouvelles contaminations et 12 décès ont été déclarés avec à la clé, un taux d'occupation de lits en réanimation autour de 90% pour la prise en charge des formes graves. «Cette 3e vague touche toutes les tranches d'âge ainsi que les populations n'ayant aucune comorbidité», a alerté le membre du gouvernement selon qui, le temps d'évolution de la maladie vers les formes graves est plus rapide que lors de la 1e et la 2e vague. Ce qui expliquerait le nombre de décès élevés.

Un état de fait qui l'a amené à insister sur l'urgence de se faire consulter par un médecin en cas d'apparition des symptômes les plus évocateurs. Entre autres, les fièvres, douleurs musculaires, céphalées, douleurs à la gorge. «Toute prise en charge tardive, peut être fatale pour la personne contaminée par la Covid-19», a prévenu le ministre qui estime que  les décès actuels sont justement dus à un retard de prise en charge. «Cette nouvelle vague de la Covid-19 est virulente. Nous enregistrons de plus en plus des clusters familiaux, des décès successifs des membres d'une même famille», a insisté Guy-Patrick Obiang.

La vaccination pour prévenir l'hécatombe

A en croire son propos, les enquêtes épidémiologiques réalisées dans ces familles clustérisées montrent une faible voire une absence de couverture vaccinale chez les personnes ayant développé des formes graves ou décédées. «Aujourd'hui avec un recul de 6 mois sur la vaccination contre la Covid-19, nous pouvons aisément confirmer son efficacité», a déclaré le ministre de la Santé invitant la population à se faire vacciner massivement. «Le principe du non-regret devrait nous guider par l'acceptation de la vaccination» a-t-il ajouté, soulignant que le pays qui a dépassé la barre des 100 000 vaccinés contre cette pandémie, n'a enregistré aucun effet secondaire majeur. Avec les dons de nouvelles doses de vaccins, il élargit sa gamme et compte bien atteindre ses objectifs en matière de vaccination anti-Covid.

Face aux spéculations qui évoquent avec insistance un retour au couvre-feu à 18h, Guy-Patrick Obiang a indiqué que si la situation se dégrade, des mesures restrictives seront prises et communiquées en bonne et due forme par le gouvernement. Il a invité les populations à se faire vacciner et à respecter les mesures barrières. «Nous pouvons avoir une 3e vague certes virulente au début, mais avec une bonne couverture vaccinale nous pouvons avoir moins de décès et moins de personnes présentant de formes graves», a-t-il insisté, mettant en relief l'intérêt de la vaccination qui pourrait éviter au pays la prise des mesures plus restrictives que celles en cours. Selon ce dernier, le démarrage de la vaccination avec Pfizer est prévu pour le 27 septembre dans les centres de vaccination retenus selon certaines modalités.

Alix-Ida Mussavu

Tous les articles



CONTACTEZ-NOUS

Adresse

  • Espace Santé 3
    521, avenue de Rome
    83500 La Seyne sur mer - France

Téléphone

  • +33 4 94 63 24 99

Contactez-nous


APIDPM

Qui sommes-nous ?

Droits d'utilisation


Site éditeur :


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !