retour Santé tropicale Accès aux sites pays fleche Santé tropicale au Bénin BENINSanté tropicale au Burkina Faso BURKINA FASOSanté tropicale au Cameroun CAMEROUNSanté tropicale en Centrafrique CENTRAFRIQUESanté tropicale au Congo CONGOSanté tropicale en Côte d'Ivoire COTE D'IVOIRESanté tropicale au Gabon GABON
Santé tropicale en Guinée GUINEESanté tropicale à Madagascar MADAGASCARSanté tropicale au Mali MALISanté tropicale en R.D. Congo R.D. CONGOSanté tropicale au Sénégal SENEGALSanté tropicale au Togo TOGO



Souffrez-vous de crises hémorroïdaires ? - Plus d'informations

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer la navigation et mesurer la fréquentation. Pour en savoir plus, cliquez ici


Revue de presse de santé tropicale

Trier les actualités par :

Accouchements : «Toute rétention d’un enfant dans une structure publique ou privée fera l’objet de sanctions » prévient Guy Patrick Obiang

Gabon Review | Gabon | 24/07/2023 | Lire l'article original

Face aux rétentions d’enfants dans les structures sanitaires faute de paiement des factures après accouchement et délaissement des malades au public par des médecins privilégiant leurs prestations en cliniques, le ministre de la Santé a récemment haussé le ton. Guy Patrick Obiang promet des sanctions contre les blouses blanches jugées indélicates.

Qu’elles exercent dans les structures sanitaires publiques ou dans des cliniques, les blouses blanches au Gabon, sont désormais dans le viseur du ministre de la Santé. Face aux responsables des structures sanitaires récemment, Guy Patrick Obiang a pour ainsi dire brandi la menace contre les éventuels indélicats. Ceux qui précisément, ne respecteront pas les dispositions en vigueur en matière de délivrance d’attestation de naissance aussi bien au public qu’au privé, et prise en charge des malades au sein des formations sanitaires publiques. «Il ne faudrait plus conditionner l’établissement de l’attestation de naissance ou du certificat de naissance par le paiement des frais d’hospitalisation ou de séjour de ces personnes», a-t-il prévenu.

Dans le pays, que les femmes accouchent par voie basse ou par césarienne, qu’elles aient des bébés admis unité de soins intensifs néonatals, celles qui n’ont pas les moyens de payer leurs factures au public ou privé sont souvent retenus. Un choix fait par les structures sanitaires privées en particulier, pour obliger ces femmes à payer la note. A en croire certains responsables d’établissements sanitaires privés, la survie de leurs structures en dépendent d’autant plus qu’il y a des charges à couvrir. Mais pour le ministre de la Santé il faut venir en aide aux personnes vulnérables. «Je voudrai instruire madame l’inspecteur général de la Santé de mettre en place des dispositifs de contrôle aussi bien des formations sanitaires publiques que privées et que toute rétention d’un enfant dans une structure publique ou privée fera l’objet de sanctions», a déclaré Guy Patrick Obiang...

Lire la suite sur le site Gabon Review

Tous les articles

Souffrez-vous de crises hémorroïdaires ? - Plus d'informations

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale. Inscriptions


Vous êtes professionnel(le) de santé ?

Ce contenu gratuit vous est destiné :

img_produit

img_produit

img_produit

img_produit
Téléchargez hearWHO - Pour vérifier l'audition !

img_produit

img_produit

encart_diam_bailly
Consultez les mentions légales (RCP) des médicaments disponibles dans votre pays

encart_diam_salvat
Consultez les mentions légales (RCP) des médicaments disponibles dans votre pays


CONTACTEZ-NOUS

adresse Adresse

  • APIDPM
    135, chemin de Canto Maï
    83190 Ollioules - France

tel Téléphone

  • +33 4 94 63 24 99

email Contactez-nous


APIDPM

Qui sommes-nous ?

Droits d'utilisation


Site éditeur :
logo

Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !