retour Santé tropicale Accès aux sites pays fleche Santé tropicale au Bénin BENINSanté tropicale au Burkina Faso BURKINA FASOSanté tropicale au Cameroun CAMEROUNSanté tropicale en Centrafrique CENTRAFRIQUESanté tropicale au Congo CONGOSanté tropicale en Côte d'Ivoire COTE D'IVOIRESanté tropicale au Gabon GABON
Santé tropicale en Guinée GUINEESanté tropicale à Madagascar MADAGASCARSanté tropicale au Mali MALISanté tropicale en R.D. Congo R.D. CONGOSanté tropicale au Sénégal SENEGALSanté tropicale au Togo TOGO



Cooper - 3 mars 2024 : journée mondiale de l'audition - Plus d'informations

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer la navigation et mesurer la fréquentation. Pour en savoir plus, cliquez ici


Revue de presse de santé tropicale

Trier les actualités par :

La consommation excessive de l’alcool favorise des crises chez un épileptique

ACP Congo | Congo-Kinshasa | 13/02/2024 | Lire l'article original

Kinshasa, 13 février 2024 (ACP).- La consommation excessive de l’alcool et des drogues favorise des crises chez un épileptique, a-t-on appris mardi, de source médicale, à Kinshasa, en République démocratique du Congo à l’occasion de la Journée international de l’épilepsie, celebrée le 12 février de chaque année.

« La prise excessive de l’alcool et des drogues peuvent favoriser la survenue de crises épileptiques chez une personne atteinte de cette maladie, soit directement par un effet créant des convulsions, soit indirectement par interaction avec les médicaments antiépileptiques », a déclaré le Dr Lelo Mananga, neuropsychiatre.

Le Dr neuropsychiatre a fait savoir que l’épilepsie est considérée à tort comme une pathologie démoniaque, car nombreuses personnes font des fausses idées sur cette pathologie définit comme une maladie chronique mais guérissable, si lorsque le patient est pris en charge en temps et adhère au traitement.

« La mise sous traitement à temps d’un patient contribue à stopper les crises. Plus que le patient fait des crises, plus les complications peuvent subvenir, le mieux est de soumettre le patient au traitement pour réduire les conséquences de la maladie », a-t-il expliqué.

Le Dr Mananga a, en outre, souligné que pour parler de l’épilepsie, la personne doit présenter deux crises par an, laquelle se manifeste notamment par des signes et symptômes passagers, comme une désorientation ou une perte de conscience, des troubles du mouvement ou des sensations (visuelles, auditives, gustatives), et des crises des convulsions.
« Le traitement de l’épilepsie est laborieux, un patient doit être pris en charge pendant 18 à 24 mois. On peut stopper le traitement mais poursuivre avec la surveillance durant 5 ans », a-t-il dit

Lire la suite sur le site ACP Congo

Tous les articles

Cooper - 3 mars 2024 : journée mondiale de l'audition - Plus d'informations

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale. Inscriptions


Vous êtes professionnel(le) de santé ?

Ce contenu gratuit vous est destiné :

img_produit

img_produit

img_produit

img_produit
Téléchargez hearWHO - Pour vérifier l'audition !

img_produit

img_produit

encart_diam_crosspharm
Consultez les mentions légales (RCP) des médicaments disponibles dans votre pays

encart_diam_faes
Consultez les mentions légales (RCP) des médicaments disponibles dans votre pays


CONTACTEZ-NOUS

adresse Adresse

  • APIDPM
    135, chemin de Canto Maï
    83190 Ollioules - France

tel Téléphone

  • +33 4 94 63 24 99

email Contactez-nous


APIDPM

Qui sommes-nous ?

Droits d'utilisation


Site éditeur :
logo

Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !