retour Santé tropicale Accès aux sites pays fleche Santé tropicale au Bénin BENINSanté tropicale au Burkina Faso BURKINA FASOSanté tropicale au Cameroun CAMEROUNSanté tropicale en Centrafrique CENTRAFRIQUESanté tropicale au Congo CONGOSanté tropicale en Côte d'Ivoire COTE D'IVOIRESanté tropicale au Gabon GABON
Santé tropicale en Guinée GUINEESanté tropicale à Madagascar MADAGASCARSanté tropicale au Mali MALISanté tropicale en R.D. Congo R.D. CONGOSanté tropicale au Sénégal SENEGALSanté tropicale au Togo TOGO



Partenariat Strides - 4ème conférence de l'Académie Africaine de Neurologie - Plus d'informations

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer la navigation et mesurer la fréquentation. Pour en savoir plus, cliquez ici


Revue de presse de santé tropicale

Trier les actualités par :

Dépigmentation : les dangers de l’éclaircissement de la peau

Adiac Congo | Congo-Brazzaville | 09/02/2024 | Lire l'article original

Pour éclaircir leur peau, certaines personnes ont recours à des produits qui peuvent être dangereux pour leur santé. Le point avec le Dr Antoine Petit, dermatologue à l'Hôpital Saint-Louis (Paris), expert de la peau foncée.

De nombreuses personnes dans le monde ont recours à la dépigmentation volontaire. Objectif : éclaircir la couleur naturelle de leur peau. On parle aussi de « skin lightening », « skin bleaching » ou « whitening ». Mais attention, « tout ce qui permet d’atteindre un degré d’éclaircissement de la peau important est dangereux, pour la santé à la fois cutanée et générale », avertit le Dr Petit.

Les corticoïdes en crème, de la peau à la circulation sanguine

La première catégorie de produits employés pour la dépigmentation comprend des dermocorticoïdes détournés de leur usage médical. En temps normal, ces médicaments sont utilisés pour traiter divers problèmes de peau, comme l’inflammation, les éruptions cutanées ou les démangeaisons. Ils réduisent l’inflammation et modifient la réponse immunitaire de la peau. Le clobétasol est le dermocorticoïde le plus puissant. On le trouve sous forme de crème, et commercialisé comme agent dépigmentant. Bien que l’étui puisse comporter des mentions médicales pour donner une apparence légale au produit, il est souvent fabriqué et exporté depuis divers pays, y compris des pays européens où il est interdit.

Le risque de passage du clobétasol dans le sang devient rapidement élevé, dès cinquante grammes par semaine d’application. En utilisant des dermocorticoïdes chaque jour comme c’est souvent le cas, les doses mensuelles peuvent atteindre trois cents grammes de crème au clobétasol. Les complications esthétiques sont souvent les premières à être détectées, mais le délai de survenue varie entre chaque personne, allant de trois semaines à dix ans. Ces complications incluent l’atrophie cutanée avec des vergetures larges et nombreuses, des problèmes de peau semblables à une acné, des rosacées, une hyperpilosité, des différences de couleur de peau souvent liées à des infections des follicules pileux (folliculites), etc. Les complications générales sont l’hypertension, le diabète, les infections, l’ostéoporose, la cataracte, etc.

L’hydroquinone, concentrée jusqu’à 20 % !

Un autre type de produit utilisé pour la dépigmentation volontaire sont les dérivés de l’hydroquinone. Utilisée dans l’industrie du caoutchouc, elle est la base du traitement médical topique pour de nombreuses hyperpigmentations pathologiques, généralement à une concentration de 4 à 5 %.

Lire la suite sur le site Adiac Congo

Tous les articles

Partenariat Strides - 4ème conférence de l'Académie Africaine de Neurologie - Plus d'informations

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale. Inscriptions


Vous êtes professionnel(le) de santé ?

Ce contenu gratuit vous est destiné :

img_produit

img_produit

img_produit
Téléchargez hearWHO - Pour vérifier l'audition !

img_produit

Vidéo formation

Espace formation Pierre Fabre

vig_webinar15
Prise en charge du paludisme en ASS : Place de la DHA – PQP - Pr Issaka SAGARA et Pr Mahamadou A THERA

encart_diam_cooper
Consultez les mentions légales (RCP) des médicaments disponibles dans votre pays


CONTACTEZ-NOUS

adresse Adresse

  • APIDPM
    135, chemin de Canto Maï
    83190 Ollioules - France

tel Téléphone

  • +33 4 94 63 24 99

email Contactez-nous


APIDPM

Qui sommes-nous ?

Droits d'utilisation


Site éditeur :
logo

Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !