retour Santé tropicale Accès aux sites pays fleche Santé tropicale au Bénin BENINSanté tropicale au Burkina Faso BURKINA FASOSanté tropicale au Cameroun CAMEROUNSanté tropicale en Centrafrique CENTRAFRIQUESanté tropicale au Congo CONGOSanté tropicale en Côte d'Ivoire COTE D'IVOIRESanté tropicale au Gabon GABON
Santé tropicale en Guinée GUINEESanté tropicale à Madagascar MADAGASCARSanté tropicale au Mali MALISanté tropicale en R.D. Congo R.D. CONGOSanté tropicale au Sénégal SENEGALSanté tropicale au Togo TOGO



Souffrez-vous de crises hémorroïdaires ? - Plus d'informations

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer la navigation et mesurer la fréquentation. Pour en savoir plus, cliquez ici


Revue de presse de santé tropicale

Trier les actualités par :

Burkina/ Lutte contre le cancer du col de l’utérus : « Il ne faut pas se laisser décourager par les vaccino-sceptiques », Pr Charlemagne Ouédraogo

Le Faso | Burkina Faso | 18/03/2024 | Lire l'article original

Présent à la conférence publique des femmes du groupe Bolloré Logistics sur les facteurs de risque des cancers du sein et du col de l’utérus, le Pr Charlemagne Ouédraogo, président de la SOCOB (la Société des gynécologues et obstétriciens du Burkina) donne des précisons sur certains termes employés en la matière.

Facteurs de risque

Il ne faut pas paniquer quand on parle de “facteurs” de risque. Un facteur de risque n’est pas une cause. Ce n’est pas parce que j’ai tel ou tel facteur que je vais avoir le cancer du sein. Il faut beaucoup de situations qui permettent de concourir ou développer le risque réel de faire le cancer du sein ou du col de l’utérus. Si l’on prend le cancer du sein, dans tous les facteurs qui ont été décrits, je suis certain que la moitié des femmes dans cette salle ont ces facteurs, mais la vérité, c’est qu’elles ne feront pas le cancer, parce que la plupart des femmes qui ont le cancer n’ont pas eu ces facteurs-là, en dehors des facteurs génétiques.

Donc pourquoi madame x qui n’a aucun de ces facteurs a développé un cancer, alors que sur le plan génétique, elle ne porte pas les deux gènes qui peuvent générer le cancer ? Tout cela pour dire qu’un facteur de risque ne veut pas dire « cancer » et c’est important de le savoir. Dans la listes des exemples de facteurs cités comme l’obésité, l’alimentation riche en graine, les régimes pauvres en légumes, beaucoup de viande grillée sont des produits cancérigènes, mais on ne développe pas forcement le cancer, parce qu’on n’a pas réuni les autres cofacteurs pour générer le cancer, donc soyez rassurées.

Sur le cancer du sein

Pour le cancer du sein, en dehors des 10% des transmissions génétiques, pour le reste, il faut faire du diagnostic précoce afin de l’éviter. C’est pour cela qu’à partir de 45-50 ans, on vous recommande la mammographie tous les trois ans. La mammographie chez les jeunes filles, si ce n’est pas sur recommandation médicale, n’a pas d’intérêt. Il est plutôt conseillé de faire le dépistage précoce. Parce que quand la femme prend de l’âge, le sein se charge de graisse et en ce moment la lecture de l’image est facile et aisée.

Mais quand c’est une jeune fille, le sein est pauvre en graisse et la lecture des images mammographiques est difficile, donc les jeunes filles qui n’ont aucun problème et qui veulent traquer le cancer du sein n’ont pas besoin d’aller faire des mammographies. Sauf s’il y a un problème sur le sein et en ce moment, le médecin peut demander la mammographie, des clarifications et des analyses spécifiques sur telle ou telle lésion retrouvée au cours de la consultation. Donc les jeunes filles ne doivent pas aller faire de la mammographie systématiquement si ce n’est pas sur recommandation médicale.

Lire la suite sur le site Le Faso

Tous les articles

Souffrez-vous de crises hémorroïdaires ? - Plus d'informations

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale. Inscriptions


Vous êtes professionnel(le) de santé ?

Ce contenu gratuit vous est destiné :

img_produit

img_produit

img_produit

img_produit
Téléchargez hearWHO - Pour vérifier l'audition !

img_produit

img_produit

vig_epu2
Place de la bithérapie dans la prise en charge de l'hypertension artérielle - Professeur Dadhi Balde, cardiologue - Guinée

encart_diam_bouchara
Consultez les mentions légales (RCP) des médicaments disponibles dans votre pays

encart_diam_ferrer
Consultez les mentions légales (RCP) des médicaments disponibles dans votre pays


CONTACTEZ-NOUS

adresse Adresse

  • APIDPM
    135, chemin de Canto Maï
    83190 Ollioules - France

tel Téléphone

  • +33 4 94 63 24 99

email Contactez-nous


APIDPM

Qui sommes-nous ?

Droits d'utilisation


Site éditeur :
logo

Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !