Ce site utilise des cookies afin d'améliorer la navigation et mesurer la fréquentation. Pour en savoir plus, cliquez ici

Cooper - 3 mars 2024 : journée mondiale de l'audition - Plus d'informations

Médecine d'Afrique noire

Publié dans Médecine d'Afrique Noire 7004 - Avril 2023 - pages 213-220

Docteur Robinson Tene Djoukam Obésité infantile au Burundi : prévalence, facteurs de risque et défis de la prise en charge des adolescents scolarisés dans la ville de Bujumbura note

Auteurs : R. Tene Djoukam, S. Moumbe Tamba, A. Ndayishimiye - Burundi


Résumé

Introduction : L’obésité infantile est une pathologie en grande croissance dans les pays en développement qui devient une préoccupation majeure de santé publique. Cette étude a été réalisée dans le but de déterminer la prévalence de cette obésité, identifier les facteurs de risque afin de pouvoir orienter une meilleure politique de lutte contre l’obésité et de sensibilisation contre les facteurs favorisant sa survenue.
Matériels et méthodes : Il s’agissait d’une étude prospective, transversale qui a porté sur un échantillon de 145 élèves âgés de 11 à 15 ans. Les données anthropométriques, personnelles et comportementales des participants avaient été obtenus grâce à un questionnaire soumis à l’intention des parents et leurs enfants. L’évaluation de l’état nutritionnel des participants avait été faite selon les normes standards de l’Organisation mondiale de la santé. Les Indices de Masse Corporelle (IMC) ont été calculés, et l’évaluation de l’obésité chez les adolescents a été réalisée par le calcul du z-score.
Résultats : L’échantillon final de ce travail était formé de 145 enfants dont 69 garçons et 76 filles âgés de 11 à 15 ans, avec un âge moyen de 13,4 ± 1,1 ans. Au total 12 enfants dont 7 garçons et 5 filles (sans prédominance masculine, p = 0,4364) présentaient une obésité infantile soit une prévalence de 8,3%. Il n’y avait aucune différence significative d’âge entre les garçons et les filles obèses (14 ± 1,3 ans contre 13,8 ± 1,1 ans, p = 0,785). Les facteurs significativement associés cette obésité étaient : poids à la naissance > 4 kg (41,7% versus 6%, p < 0,0001), les antécédents familiaux (p < 0,0001), un temps devant les écrans supérieur à 1h (p = 0,0001), la présence d’écrans dans la chambre (p < 0,0001), le grignotage entre les repas (p < 0,003). La pratique des activités physiques et un allaitement maternel exclusif prolongé était des facteurs protecteurs contre cette obésité (p < 0,0001). En outre, les enfants qui allaient à l’école avec le véhicule des parents avaient plus de risque d’être obèses (p < 0,05).
Conclusion : Dans un contexte socio-économique où l’obésité infantile est très peu regardée, cette étude montre la présence et l’ampleur de ce problème. La multiplicité et diversification des facteurs de risque associés à cette obésité relevés dans ce travail révèle aussi le défis d’une prise en charge efficace. Une meilleure sensibilisation sur les enfants et les parents pourrait avoir de résultats prometteurs même sur la population générale.

Summary
Childhood obesity in Burundi: prevalence, risk factors and management challenges: a cross-sectional study of adolescents attending school in the city of Bujumbura

Background: Childhood obesity is a growing pathology in developing countries that is becoming a major public health concern. In our Burundian context, this obesity and its management constitute a real challenge because child malnutrition is rather strongly represented. This study was thus carried out with the aim of determining the prevalence of this obesity, identifying the risk factors to be able to direct a better policy to fight against obesity and to raise awareness against the factors favouring its occurrence.
Materials and methods: This was a prospective, cross-sectional study which focused on a sample of 145 students aged 11 to 15 years of the city of Bujumbura, economic capital of Burundi. The anthropometric data (weight and height) of the children in a standing position and barefoot had been recorded using a height rod and a scale to determine the nutritional status of the participants. The personal and behavioural information of the participants was obtained through a questionnaire submitted to parents and their children. The evaluation of the nutritional status of the participants was made from the weight, height, age and sex of the subjects according to the standard norms of the World Health Organization. Body Mass Indices (BMI) were calculated, and the assessment of obesity in adolescents was performed by calculating the z-score.
Results: The final sample of this work was made up of 145 children including 69 boys and 76 girls aged 11 to 15, with an average age of 13.4 ± 1.1 years. A total of 12 children including 7 boys and 5 girls (no male predominance, p = 0.4364) had childhood obesity, a prevalence of 8.3%. There was no significant age difference between obese boys and girls (14 ± 1.3 years versus 13.8 ± 1.1 years, p = 0.785). The factors significantly associated with this obesity were: Birth weight > 4 kg (41.7% versus 6%, p < 0.0001), family history (p < 0.0001), screen time greater than 1 hour (p = 0.0001), the presence of screens in the bedroom (p < 0.0001), snacking between meals (p < 0.003). The practice of physical activities and prolonged exclusive breastfeeding were protective factors against this obesity (p < 0.0001). In addition, children who went to school with their parents’ vehicle were more likely to be obese (p < 0.05). We also found that obese adolescents had a significantly lower average daily sleep than non-obese ones (p = 0,0006). The results obtained in this work on childhood obesity, particularly among adolescents, improve our perception and understanding of this pathology especially for a country like Burundi where many public health nutrition programs focused more on malnutrition and food security.
Conclusion: In a socio-economic context where childhood obesity is little looked at, this study shows the presence and extent of this problem. The multiplicity and diversification of risk factors associated with this obesity identified in this study also reveals the challenges of effective management. Raising awareness about children and parents could have promising results even among the general population.

icone adobe Lire l'article (PDF)

Cet article est actuellement coté note (1,0 étoiles) par les abonnés de APIDPM Santé tropicale.
Il a été consulté 1784 fois, téléchargé 5 fois et évalué 1 fois.  Aucun commentaire n'a encore été ajouté à propos de cet article

Retour - Sommaire de ce numéro

N. B. : pour ajouter un commentaire, tapez votre texte dans le formulaire mis à votre disposition sous l'article intégral.

X


Déjà inscrit ?


Pas inscrit ?


Visiteur occasionnel ?




img_produit

img_produit

Vidéo formation

Espace FMC Bouchara-Recordati

vig_epu1
Néphroprotection : rôle du contrôle de la pression artérielle - Professeur Kaba Lamine, Néphrologue - Guinée

vig_epu2
Place de la bithérapie dans la prise en charge de l'hypertension artérielle - Professeur Dadhi Balde, cardiologue - Guinée

encart_diam_bouchara
Consultez les mentions légales (RCP) des médicaments disponibles dans votre pays


Hors série


couverture_hs_meningite_oms

Guide de Prise en Charge de la Dyspepsie Fonctionnelle en Afrique offert par Ferrer Internacional SA

Cooper - 3 mars 2024 : journée mondiale de l'audition - Plus d'informations

CONTACTEZ-NOUS

Adresse

Téléphone

CARTE DU SITE

Revue MAN

Revue OST

Actualités

FMC

Webinaires

Espaces labos

Site éditeur :

Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !