Ce site utilise des cookies afin d'améliorer la navigation et mesurer la fréquentation. Pour en savoir plus, cliquez ici

Etude Dermatologie : vos habitudes de prescription - Plus d'informations

Médecine d'Afrique noire

Publié dans Médecine d'Afrique Noire 7006 - Juin 2023 - pages 333-338

Docteur Delphine Ye Anomalies de la jonction pyélo-urétérale. Aspects diagnostiques et thérapeutiques au Centre Hospitalier Universitaire Souro Sanou note

Auteurs : O.D. Yé, A. Ouattara, A.K. Paré, C.M.K. Yaméogo, D. Bayané, M. Simporé, M. Rouamba, G. Kitio, F.A Kaboré, T. Kambou - Burkina Faso


Résumé

Introduction : L’anomalie de la jonction pyélo-urétérale est définie comme est un dysfonctionnement de la jonction pyélo-urétérale fonctionnel ou organique responsable d’une distension des cavités pyélocalicielles. L’objectif de ce travail était d’étudier les aspects diagnostiques et thérapeutiques de l’anomalie de jonction pyélo-urétérale telle qu’elle est observée dans notre contexte.
Matériels et méthodes : Il s’est agi d’une rétrospective transversale descriptive portant sur tous les dossiers de patients admis pour une anomalie de jonction pyélo-urétérale sur une période de cinq ans allant de janvier 2016 à décembre 2020
Résultats : Au total 37 cas d’anomalie de la jonction pyélo-urétérale ont été recensés au cours de notre période d’étude. L’âge moyen était de 31 ans, le sex-ratio était de 1,46. La douleur lombaire était le principal motif de consultation retrouvée chez tous nos patients. L’anomalie de la jonction pyélo-urétérale siégeait à gauche dans 54% et bilatérale dans 2,7% des cas. L’Uro-TDM a été réalisée dans 94,6% des cas. L’hydronéphrose était de grade IV dans 47,1%, de grade III dans 38,2% et de grade II dans 17,7% des cas. La complication lithiasique était présente dans 10,8% des cas. La lombotomie a été la voie d’abord de prédilection dans 70,3% des cas. Une pyéloplastie selon Kuss-Anderson-Hynes a été réalisée dans 54% des cas, une néphrectomie dans 46% des cas. La durée moyenne du drainage de la loge rénale était de 2,74 jours et la durée moyenne du drainage de la voie excrétrice était de 3,88 mois. Les suites post-opératoires furent simples dans 97,3% des cas et un cas de décès a été enregistré.
Conclusion : L’anomalie de la jonction pyélo-urétérale est une uropathie relativement peu fréquente dans notre pratique quotidienne. La chirurgie à "ciel ouvert" garde toute sa place lorsque la cœlioscopie n’est pas disponible et donne de bons résultats.

Summary
Anomalies of the pyelo-ureteral junction: diagnostic and therapeutic and therapeutic aspects at Souro Sanou University Teaching Hospital in Bobo Dioulasso (Burkina Faso)

Introduction: The pyelo-ureteral junction anomaly is defined as a dysfunction of the functional or organic pyelo-ureteral junction responsible for distension of the pyelocalicial cavities. The objective of our work was to study diagnostic and therapeutic aspects of the pyelo-ureteral junction abnormality at the Souro Sanou teaching hospital.
Materials and methods: This was a descriptive and retrospective of 37 files of patients admitted for a pyelo-ureteral junction anomaly collected over a period of five years from January 2016 to December 2020.
Results: A total of 37 cases of pyelo-ureteral junction abnormalities were identified during our study period. The average patients age was 31, the sex-ratio was 1.46. Back pain was the main complaint for consultation found in all of our patients. The pyelo-ureteral junction abnormality was located on the left in 54% and bilateral in 2.7% of cases. CT scan was performed for 94.6% patients. Hydronephrosis was grade IV in 47.1% cases, grade III in 38.2% and grade II in 17.7%. The lithiasis was present in 10.8% of cases. Lumbotomy was choice incision in 70.3% of cases. A pyeloplasty according to Kuss Anderson Hynes was performed in 54% of cases, nephrectomy in 46% of cases. The mean duration of renal compartment drainage was 2.74 days, and the mean duration of excretory drainage was 3.88 months. The post-operative follow-up were uneventful in 97.3% of cases and one case of death was recorded.
Conclusion: The pyelo-ureteral junction abnormality is a relatively infrequent uropathy in our practice. Open surgery has all its place when laparoscopy is not available and gives good results.

icone adobe Lire l'article (PDF)

Cet article est actuellement coté note (1,0 étoiles) par les abonnés de APIDPM Santé tropicale.
Il a été consulté 2965 fois, téléchargé 4 fois et évalué 1 fois.  Aucun commentaire n'a encore été ajouté à propos de cet article

Retour - Sommaire de ce numéro

N. B. : pour ajouter un commentaire, tapez votre texte dans le formulaire mis à votre disposition sous l'article intégral.

X


Déjà inscrit ?


Pas inscrit ?


Visiteur occasionnel ?




img_produit

Vidéo formation

Espace FMC Bouchara-Recordati

vig_epu1
Néphroprotection : rôle du contrôle de la pression artérielle - Professeur Kaba Lamine, Néphrologue - Guinée

vig_epu2
Place de la bithérapie dans la prise en charge de l'hypertension artérielle - Professeur Dadhi Balde, cardiologue - Guinée

encart_diam_bouchara
Consultez les mentions légales (RCP) des médicaments disponibles dans votre pays


Hors série


couverture_hs_meningite_oms

Guide de Prise en Charge de la Dyspepsie Fonctionnelle en Afrique offert par Ferrer Internacional SA

Etude Dermatologie : vos habitudes de prescription - Plus d'informations

CONTACTEZ-NOUS

Adresse

Téléphone

CARTE DU SITE

Revue MAN

Revue OST

Actualités

FMC

Webinaires

Espaces labos

Site éditeur :

Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !