Ce site utilise des cookies afin d'améliorer la navigation et mesurer la fréquentation. Pour en savoir plus, cliquez ici

Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)

Revue de presse de APIDPM Santé tropicale

Davantage de vies seront sauvées si l'on inclut la prise en charge des maladies non transmissibles dans la riposte aux urgences humanitaires

27/02/2024 - OMS - Congo-Brazzaville

Les maladies non transmissibles (MNT), telles que les maladies cardiovasculaires, le cancer, les maladies respiratoires chroniques et le diabète, sont responsables de 75 % des décès dans le monde. Les personnes qui vivent des situations d’urgence humanitaire sont exposées à un risque accru de MNT. On estime que les accidents vasculaires cérébraux et les crises cardiaques sont jusqu’à 3 fois plus probables à la suite d’une catastrophe. Pourtant, il est rare que les soins et le traitement des MNT fassent partie intégrante de la préparation et de la riposte aux urgences humanitaires, qui sont axées sur les besoins les plus immédiats.

Afin d’appuyer l’intégration des services essentiels de prise en charge des MNT dans la préparation aux situations d’urgence et les interventions humanitaires, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), le Royaume du Danemark, le Royaume hachémite de Jordanie, la République du Kenya et le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, organisent conjointement une réunion technique mondiale de haut niveau sur les MNT dans les contextes humanitaires qui se tiendra du 27 au 29 février à Copenhague (Danemark).

Ces dernières années, les urgences humanitaires sont devenues de plus en plus complexes et interconnectées. La faim et les pénuries de biens essentiels exacerbent les conflits géopolitiques, la dégradation de l’environnement et le changement climatique, ce qui entraîne des catastrophes naturelles plus fréquentes et plus extrêmes.

Le nombre de crises ayant un impact sur la santé des populations est en augmentation. En 2023, l’OMS a répondu à 65 urgences sanitaires classées dans le monde, contre 40 dix ans plus tôt. La même année, le HCR a émis 43 déclarations d’urgence pour renforcer l’aide dans 29 pays — le nombre le plus élevé depuis des décennies. Selon les estimations des Nations Unies, 300 millions de personnes auront besoin d’une aide humanitaire et d’une protection en 2024, dont plus de la moitié (165,7 millions) auront besoin d’une aide sanitaire d’urgence.

« Les personnes atteintes de MNT dans des crises humanitaires sont plus susceptibles de voir leur état s’aggraver en raison d’un traumatisme, du stress ou de l’incapacité d’accéder à des médicaments ou à des services. Les besoins sont énormes, mais les ressources ne le sont pas », a déclaré le Directeur général de l’OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus. « Nous devons trouver les moyens de mieux intégrer les soins des MNT dans les interventions d’urgence, de protéger davantage de vies contre ces tragédies évitables et d’améliorer la sécurité sanitaire. »

Lire la suite sur le site OMS

Retour - Liste des articles

img_produit

img_produit

img_produit

img_produit

Vidéo formation

Espace formation Pierre Fabre

vig_webinar19
Mycoses cutanées superficielles - Pr Boubacar Ahy Diatta, dermatologue - Sénégal

encart_diam_dafra
Consultez les mentions légales (RCP) des médicaments disponibles dans votre pays


Hors série


couverture_hs_meningite_oms

Guide de Prise en Charge de la Dyspepsie Fonctionnelle en Afrique offert par Ferrer Internacional SA

Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)

CONTACTEZ-NOUS

Adresse

Téléphone

CARTE DU SITE

Revue MAN

Revue OST

Actualités

FMC

Webinaires

Espaces labos

Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !